Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

«Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle»

Mandela, l’engagement dans l’ANC et la lutte contre l’apartheid (1940-1950)

Nelson Mandela nous a quittés, le 5 décembre. Dans ce dossier les grandes périodes de sa vie. Des textes tirés pour l'essentiel de "Mandela, The Authorized Biography", par Anthony Sampson, publié pour la première fois en 1999 et plusieurs fois réédité depuis (HarperCollins Publishers, 2011, 704 p.).


Au tribunal de Johannesburg, en 1952, à la suite d'une campagne de désobéissance civique. © Eli Weinberg/IDAF/JA
Au tribunal de Johannesburg, en 1952, à la suite d'une campagne de désobéissance civique. © Eli Weinberg/IDAF/JA
Le premier contact direct de Mandela avec le Congrès national africain (ANC) se situe en août 1943, lorsqu’il participa au boycottage des bus d’Alexandra (township de Johannesburg). Sous la conduite d’un nouveau président élu en 1940, le Dr Alfred Xuma, l’ANC, fondé en 1912, commençait alors à sortir de la torpeur où il avait sombré dans les années 1930.
Aux élections de 1948, l’alliance du Parti national du Dr Daniel Malan et du petit Parti afrikaner battit d’une courte tête – huit sièges – le Parti uni de Jan Smuts. Pour la première fois, des nationalistes afrikaners se retrouvèrent en mesure d’exercer le pouvoir sans l’appui, mais aussi sans l’influence modératrice, des anglophones. Certains, comme Tambo, se réjouirent de cette victoire, pensant qu’elle obligerait les Noirs à s’unir contre un ennemi déclaré. Personne, pas même Mandela, n’imaginait que pendant quarante ans les gouvernements successifs du Parti national enchaîneraient les lois qui permettraient de jeter en prison les dirigeants noirs ou les contraindraient à l’exil. Les premières furent votées en 1949 : tous les Sud-Africains seraient classés selon leur race ; les différentes races habiteraient dans des quartiers différents ; les mariages mixtes seraient interdits. Ce serait l’apartheid, la « séparation » réclamée depuis quelques années déjà par les Afrikaners pour lutter contre l’afflux dans les villes de travailleurs noirs.

Élégance et militantisme

Alors commencèrent pour Mandela, jusqu’à son arrestation en 1962 et son emprisonnement après le procès de Rivonia en 1964, une douzaine d’années de militantisme et de luttes de plus en plus rudes qui finiraient par empiéter complètement sur sa vie privée.
Dans les années 1950, les townships de Johannesburg, Soweto en tête, connaissaient une grande animation, intellectuelle et culturelle. Mandela, qui commençait à gagner de l’argent comme avocat, y participa tout d’abord volontiers. Il fréquentait les restaurants chic qui acceptaient les Noirs. Il accordait, comme il le fit toujours, un soin particulier à sa toilette et se faisait habiller, sur mesure, par Alfred Kahn, le tailleur du milliardaire Hany Oppenheimer. Il s’abstenait de boire et ne fréquentait guère les bars, les shebeens. Il était grand admirateur du légendaire boxeur Joe Louis et du poids mouche sud-africain Jack Tuli, champion de l’Empire britannique. Lui-même poids lourd – il mesurait 1,88 mètre-, il s’entraînait une ou deux heures tous les week-ends dans une salle d’Orlando.
Mais sa vie, désormais, c’était la politique. Harcelé, dans l’impossibilité d’exercer sa profession, Mandela fut à plusieurs reprises interdit de parole, emprisonné ou assigné à résidence. En décembre 1956, il fait partie des leaders de l’ANC arrêtés pour « haute trahison ». Ils seront relâchés sous caution.

Source Jeune Afrique

Par Jeune Afrique
Rédigé le Mardi 8 Décembre 2015 à 07:06 | Lu 410 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mardi 7 Novembre 2017 - 19:32 LAETITIA NGOTO

Jeudi 26 Octobre 2017 - 17:54 Mode

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube