Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Nelson Mandela, l’enfance d’un chef (1918-1930)

Nelson Mandela nous a quittés, le 5 décembre. Dans ce dossier les grandes périodes de sa vie. Des textes tirés pour l'essentiel de "Mandela, The Authorized Biography", par Anthony Sampson, publié pour la première fois en 1999 et plusieurs fois réédité depuis (HarperCollins Publishers, 2011, 704 p.).


Photo non datée de Nelson Mandela dans sa jeunesse. © DR
Photo non datée de Nelson Mandela dans sa jeunesse. © DR
Nelson Mandela s’est toujours considéré comme un country boy, un « garçon de la campagne », attaché à ses racines au point qu’il s’était fait construire une maison là où il avait vu le jour, dans le Transkei, à un millier de kilomètres au sud de Johannesburg. « Un homme, dit-il, doit mourir là où il né. » L’endroit s’appelle Qunu, mais le lieu précis de sa naissance est le village de Mvezo, à quelques kilomètres de là. Mandela est venu au monde le 18 juillet 1918. Il reçut le prénom de Rolihlahla, mais, à l’âge de 7 ans, dans la mission britannique où il allait à l’école, on le « baptisa » Nelson. D’autres l’appelaient Dalibunga; lui, préférait son nom de clan, Madiba.
Hendry, son père, était analphabète, païen et polygame : il avait quatre épouses. La mère de Rolihlahla, Nosekemi Fanny, était la troisième. Hendry était un chef héréditaire, petit-fils de Ngubengcuka, le grand roi du peuple tembu, mort en 1832. Ce sentiment d’appartenir à une famille royale contribua certainement à forger l’extraordinaire solidité mentale de Madiba. Mais il s’y mêlait déjà la conscience d’une injustice indélébile. Depuis Ngubengcuka, les chefs tembous avaient été dépouillés de leur autorité, par les Britanniques d’abord, puis, après la création de l’Union sud-africaine en 1910, par les Afrikaners.
En 1927, le père de Mandela mourut et sa mère le conduisit à Mqhekezweni, chez le régent Jongintaba. C’est le régent qui financerait ses études. C’est là que Madiba s’imprégna de la notion d’ubuntu, ou de fraternité humaine. Elle sera plus tard inscrite dans la Constitution sud-africaine et constituera le principe clé de la Commission Vérité et Réconciliation. C’est là aussi qu’il se familiarisa avec l’histoire des Xhosas, dont les Tembus étaient l’une des tribus.
« Je savais, lorsque je suis parti pour l’université, racontera Mandela, que notre société avait eu ses héros noirs et j’en étais fier.

Missions chrétiennes

Après la traditionnelle circoncision à l’âge de 16 ans, en 1934, à Oalibunga, il poursuivit ses études dans les écoles des missions chrétiennes : Clarkeburg, Healdtown, Fort Hare.
Il était en ce temps-là peu politisé, contrairement à son condisciple Oliver Tambo, futur président du Congrès national africain (ANC).
Il travaillait plutôt ses spécialités sportives, le cross country et la boxe, participait aux soirées de danse et aux spectacles. Il étudiait l’anglais, le droit, l’économie politique et suivait des cours d’interprétariat. Il fut renvoyé de Fort Hare pour avoir obstinément soutenu ses condisciples, révoltés contre la mauvaise nourriture qu’on leur servait, et s’enfuit à Johannesburg pour échapper au mariage que lui avait organisé le régent.
Là-bas, il trouva un emploi dans les Crow Mines, comme veilleur de nuit. Il gardera toujours la fierté d’avoir travaillé dans une mine. Il se lia alors avec un des personnages clés de sa vie, qui fut l’un de ses maîtres à penser et qui sera encore l’un des invités à son mariage avec Graça Machel, en 1998 : Walter Sisulu, le fils d’un magistrat blanc et d’une Xhosa abandonnée avec ses deux enfants. L’un des talents de Mandela sera d’avoir su garder ses amis de jeunesse.

Sisulu le présenta à l’un de ses amis juifs, Lazar Sidelsky, qui l’engagea comme stagiaire dans son cabinet d’avocats, lui prêta 50 livres – une somme importante – et lui fit cadeau d’un costume, qu’il portera pendant cinq ans. « Sidelsky, écrira Mandela, est le premier Blanc qui m’ait traité comme un être humain.
Au début de 1943, il s’inscrivit à l’université de Witwatersrand. Il y étudia six ans et y connut bien des humiliations. Il se retrouvait souvent chez Sisulu et sa femme Albertina Thetiwe. C’est chez eux qu’il rencontra celle qui devait être sa première épouse, Evelyn Mase. Ils se marièrent en 1944 et eurent, l’année suivante, un fils, Thembi.

Source Jeune Afrique

Par Jeune Afrique
Rédigé le Mardi 8 Décembre 2015 à 07:02 | Lu 550 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter