Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Moulay ISMAÏL (1646 - 1727)

Moulay Ismail a été intronisé en 1672, à l'age de 26 ans. Il connaissait bien la ville de Meknès dont il était gouverneur au moment de son accession au trône.


Moulay ISMAÏL (1646 - 1727)
Il décida d'en faire sa capitale. Il lui fallu près de vingt cinq ans pour rétablir définitivement son autorité sur le pays et ensuite le protéger des menaces extérieurs, des convoitises des Espagnols qui occupaient El Maamora actuel Mehdia, Larache, Asilah, Ceuta et Melilla les îles Penon de Valez. Il devait également parer aux menaces des Portugais qui occupaient Mogador, des Anglais qui visaient la ville de Tanger, et des Français installés sur la côté méditerranéenne.

Moulay Ismail peut être considéré comme le créateur d'un état monarchique (fondé sur la personne du souverain) car il était l'héritier d'un pouvoir qui avait spécificité d'un Etat tribal. Il dota le pays d'un armée de métier puissante dont les effectifs ont atteint jusqu'à 150.000 hommes. Moulay Ismail qui était fasciné par Versailles eut le goût colossal. Il entoura sa capitale de bastions, de murailles et de portes monumentales. Ses haras pouvaient contenir jusqu'à 12.000 cheveux.

Moulay Ismail était un Sultan animé d'une grande foi. Sur le plan diplomatique, il avait des relations étroites avec le Roi de France Louis XIV. En effet, le Maroc et la France signèrent le traité de Saint-Germain préparé par l'ambassadeur TEMIN lequel instaure le principe de non agression entre les navires des deux pays, le rachat des captifs et l'installation du Consulat française à Salé et à Tétouan, Cette oeuvre fut poursuivre par l'ambassadeur Ben Aîcha qui se rendit en France en 1698.

Sous le règne de Moulay Ismail (1672-1727) elle connut une période de grande prospérité.
Moulay Ismaîl choisit Meknès comme capitale pour des raisons à la fois stratégiques, politiques et géographiques. Outre son intérêt architectural évident même pour le touriste le moins averti, la Kasba de Meknès revêt une importance singulière.

La Kasbah Ismaîlienne est une partie intégrante de l'Histoire de l'architecture Marocaine. Ses monuments frappent l'imagination à la fois par leurs diversités apparentes et par leur homogénéité fondamentale. Un certain nombre de portes particulièrement mises en valeur sur le plan décoratif (Bab Mansour Laalej et Bab Errih), donnent accès à un palais ou à un sous-ensemble ou même à la Kasbah dans son ensemble. Ce sont essentiellement ces portes qui justifient l'appellation de "Meknès, Capitale aux belles portes".
Au Xième siècle les Almoravides fortifient la ville.

Les Almohades au Xième siècle la repeuplent et construisent des mosquées, des hammams (bains maures) etc.… Le quatrième Sultan almohade Mohammed An-Nasir, fit refaire la grande mosquée et lui ajouta un mihrab (vers 1203). Abou Youssef, fit construire une Kasbah et Meknès devint résidence de vizirs.
Au XIIIème siècle, sous le règne des Mérinides de nombreux monuments seront édifiés par Abou Youssef et Abou El Hassan. C'est sous les Mérinides que Meknès deviendra véritablement une cité Hispano-maghrébine.
A l'époque des Saâdyines, les villes du nord perdirent de leur importance.

Il a fallu attendre la fin du 17ème siècle et l'avènement du deuxième Sultan Alaouite pour que la ville de Meknès se place au premier rang des cités impériales.
Moulay Ismaîl, qui en avait été d'abord le gouverneur, lui donna un extraordinaire essor; il voulut en faire une grande capitale. Il en fit donc sa résidence habituelle et la mit en valeur par de nombreuses et grandioses constructions : palais somptueux, mosquées, médersas aux ensembles harmonieux, portes monumentales, remparts imposants, vastes jardines, pièces d'eaux…

Après la mort de Moulay Ismail en 1727, son fils Moulay Abdellah, continua et acheva une partie des travaux entrepris par son père. Meknès s'enrichit de plusieurs monuments sous le règne de Sidi Mohamed Ben Abdellah (1757-1790) : il fit construire des mosquées, des mausolées et le palais de Dar Beïda, occupé actuellement par l'Académie Royale Militaire. Les Alaouites n'ont cessé, jusqu'à ce jour, d'être des rois bâtisseurs, et la Kasbah de Meknès prend donc une valeur particulièrement significative.

basango
Rédigé le Vendredi 18 Avril 2003 à 00:00 | Lu 943 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par toto abdelkadir le 17/02/2008 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hola como stas

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter