Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Monna Mokoena

Seul galeriste africain noir d’envergure internationale

Bien implanté à Johannesburg depuis treize ans avec sa galerie d’art contemporain Momo, le Sud-Africain veut désormais conquérir le monde.


Monna Mokoena
Monna Mokoena
Le galeriste sud-africain Monna Mokoena n’est pas peu fier de son parcours, qui l’a conduit du township de Soweto au quartier bobo chic de Parktown North, à Johannesburg. Pas peu fier d’être le seul galeriste africain noir d’envergure internationale.
Son histoire, il la raconte à coups d’ellipses et de coq-à-l’âne. Issus d’une famille de propriétaires terriens, ses parents se voient forcés de s’implanter dans les années 1960 à Soweto. Le petit Monna a 4 ans en 1976 lorsque la révolte explose dans le township. Adulte, il dévorera les auteurs africains, se passionnant pour la figure de Patrice Lumumba et de Steve Biko, cofondateur du Mouvement de la conscience noire.

Si Monna Mokoena a quitté le township à l’âge de 18 ans, il mesure le chemin parcouru par ses pairs pour conquérir leur liberté. Et celui qu’il reste pour consolider la confiance. « Les Noirs sont aujourd’hui déboussolés, regrette-t-il. Ils ont été marginalisés, laissés sur les bas-côtés des grandes conversations. Il faut qu’ils s’acceptent ce qu’ils sont, qu’ils en soient fiers. En Afrique du Sud, ils ne réalisent pas qu’ils sont libres, ils ne se rendent pas compte qu’ils tiennent ce pays. » Lui-même a mis du temps à se trouver. Quand il migre au Cap, les options étaient alors limitées : « Devenir avocat pour défendre nos droits, ou médecin pour servir la communauté. »

Sa propre enseigne en 2003

Il choisit le droit, sans jamais l’exercer. En fait, il tombera dans le chaudron de l’art. A dire vrai, il n’y connaissait alors pas grand-chose, si ce n’est le versant décoration décliné dans les magazines de mode. Après avoir fait ses armes pendant trois ans à la galerie Everard Read, il ouvre en 2003 sa propre enseigne. Il y montre les photographes Santu Mofokeng et Roger Ballen, puis Mary Sibande et ses grandes sculptures représentant Sophie, l’archétype de la domestique noire au temps de l’apartheid.

Le marché ne sera pas si difficile à construire. D’autres galeries ont pavé la voie, comme Goodman, qui fête son cinquantième anniversaire. Malgré la faiblesse des subventions publiques, les écoles d’art sont en pointe, les artistes talentueux et les collectionneurs, notamment étrangers, curieux. Seule la communauté noire se montre au début circonspecte. « L’art n’est pas très populaire car les galeries ont longtemps été perçues comme des lieux pour les Blancs et non pour les Noirs. C’était intimidant, raconte Odysseus Shirindza, directeur de la galerie Momo à Johannesburg. Mais ça commence à changer parce qu’ils voient chez nous des artistes auxquels ils peuvent s’identifier. »
Des artistes comme l’Afro-Américaine Ayana Jackson, basée à Johannesburg. Celle-ci n’a d’ailleurs pas hésité quand Monna Mokoena lui a proposé de rejoindre son écurie. « Je n’aurais pas pu imaginer vivre en Afrique du Sud et avoir un galeriste blanc quand j’avais la possibilité de travailler avec un galeriste noir, confie-t-elle. Monna est une extension de ma voix. Il a cherché à cultiver un socle de collectionneurs noirs. »
Conquérir le monde

Lentement mais sûrement, la galerie Momo est parvenu à creuser son trou. Elle a même ouvert une antenne en 2015 au Cap, une ville plus conservatrice que la cosmopolite Johannesburg. Ce volontarisme ne va pas sans maladresse. Choisi pour orchestrer le pavillon sud-africain à la Biennale de Venise, Monna Mokoena y a introduit deux artistes de sa galerie. Un conflit d’intérêts qui lui colle encore à la peau.

Le plus dur aujourd’hui n’est pas tant de s’ancrer en Afrique du Sud, où Momo s’est fait un nom, que de conquérir le monde. Malgré ses participations dans des foires prestigieuses comme l’Armory Show à New York ou Frieze à Londres, la reconnaissance internationale prend du temps. « Le monde de l’art reste un club exclusif. On doit encore frapper aux portes pour être accepté, avance-t-il. C’est plus simple pour les galeries africaines tenues par des Blancs comme Goodman ou Stevenson. Rien que leur nom rassure les clients étrangers. Ils ont fait leur trou sur l’échiquier international, et on vient nous prétendre qu’ils représentent le continent tout entier. » Odysseus Shirindza se veut plus tempéré : « On n’a pas la force financière pour être en permanence à l’étranger. La galerie est jeune encore, et elle vit de l’énergie d’un homme. La position où nous sommes au bout de treize ans, c’est déjà énorme. »
Le regard des Occidentaux sur la galerie Momo est aussi lié à la nature des artistes qu’il y présente. Tous ne sont pas conceptuels ou politiques. Tous n’illustrent pas le monde en marche. « Momo présente peu d’artistes en colère, résume Neil Dundas, curateur à la galerie Goodman. Une partie de ses clients sont des riches entrepreneurs dont le regard sur le monde est différent. Les artistes en colère, eux, veulent s’adresser à l’élite blanche, au gouvernement. Ils veulent accrocher leurs œuvres dans une galerie tenue par des Blancs, pour que les gens rentrent et soient choqués. »

Tout en gardant l’œil sur l’étranger, Monna Mokoena n’a pas oublié d’où il vient, le Soweto qu’il connaît comme sa poche. L’ancien township a certes changé. Bars branchés et concept stores se sont implantés. L’ancien ghetto s’est mu en destination où affluent les touristes attirés par l’ancienne maison de Nelson Mandela ou la façade de la résidence du prix Nobel Desmond Tutu. En revanche, plusieurs centres d’art de Soweto, financés autrefois par des fonds étrangers, ont tiré le rideau. Funda est parmi les derniers à tenir, vaille que vaille. « C’était dans le passé une institution de premier plan, mais il a décliné aussi, se désole Monna Mokoenna. Les étudiants sont dans l’obscurité, ils manquent de repères conceptuels, ils ne sont pas exposés à d’autres formes d’art. » Aussi rêve-t-il de transformer prochainement l’une des maisons familiales en bibliothèque artistique.

www.gallerymomo.com

Source Le Monde Afrique

Par Roxana Azimi
Rédigé le Lundi 16 Janvier 2017 à 21:20 | Lu 4715 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:19 Honor Toudissa

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter