Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Mode

Immersion en backstage à Dakar

La quinzième édition de la Dakar Fashion Week a ravi plus d'un observateur. Zoom sur ces moments et faits rares que le public n'a pas vus.


Ultimes retouches du jeune styliste belgo-malien Oumar Dicko sur un de ses modèles. © AP Photo / Finbarr O'Reilly
Ultimes retouches du jeune styliste belgo-malien Oumar Dicko sur un de ses modèles. © AP Photo / Finbarr O'Reilly
Les Fashion Week africaines deviennent attrayantes : de plus en plus de photojournalistes de renom choisissent de les suivre, comme le Suédois Per-Anders Pettersson qui a parcouru durant cinq années plus d'une quarantaine de Fashion Weeks dans seize pays, pour son livre African Catwalk sorti l'année dernière. Récemment, ce fut au tour du Canadien Finbarr O'Reilly, ancien reporter de guerre et coauteur de Shooting Ghost, un livre témoignant des changements qu'opère la guerre sur les gens. Il a capturé lors de la dernière édition de la Dakar Fashion Week (DFW) des moments fascinants que l'on pourrait retrouver dans n'importe quelle fashion week dans le monde, preuve d'une normalisation : même travail en amont, soirées pré ou post-défilés ou encore les nombreux défilés avec l'aide des assistants mode, coiffeurs et maquilleurs. « Ce qui me motive, c'est de penser à mes débuts. Personne n'y croyait. Je pense que j'étais la seule, avec ma sœur jumelle Awa et ma sœur aînée Nawal, qui m'ont réellement soutenue. Même la famille proche n'y croyait pas. Quinze ans après, ce n'est pas une revanche, mais plutôt un accomplissement », précise la fondatrice et styliste Adama Ndiaye. Et de poursuivre : « Je ne voulais pas d'un événement au rabais, parce que c'est important d'inspirer les jeunes gens. »

« Les jeunes se cherchent dans la mode actuelle »

La préparation puis la célébration de ce quinzième anniversaire de la DFW début juillet a épuisé Adama Ndiaye. Chaque édition est en effet un défi financier qu'elle relève pour asseoir Dakar et légitimer un secteur de la mode encore largement informel qui souffre de nombreux préjugés et du manque de soutien de la part des sponsors et au niveau gouvernemental, à la différence de l'Afrique du Sud souvent citée en référence. Pourtant, cette année, les défilés de Joburg et de Cape Town ont fait la part belle aux stylistes locaux. Rien de tel à Dakar où, aux côtés des créateurs du pays comme Astou Mballo, Lahad Guèye ou Enzo Itzaky, un Franco-Libanais vivant au Sénégal, tout le continent a été représenté parmi la trentaine de stylistes comme l'Angolaise Soraya Da Piedade, la Bissau-Guinéenne Carvalho Conceiçao, le Camerounais Martial Tapolo, la Congolaise Tina Lobondi, la Nigériane Ejiro Amos Tafiri ou le Marocain Karim Tassi. Ce fut également une grande première à Dakar pour l'Ivoirienne Loza Maleombho ou le jeune Belgo-Malien Oumar Dicko. Appréciant les différentes collections, la grande créatrice sénégalaise Oumou Sy, venue en spectatrice, a estimé que « les jeunes sont branchés à leur époque et se cherchent dans la mode actuelle. Ils sont inspirés par ce qui se passe dans les médias, ils ne vont pas seulement à la source africaine. »


Source: http://afrique.lepoint.fr

PAR ROGER MAVEAU
Rédigé le Jeudi 26 Octobre 2017 à 17:54 | Lu 1800 fois | 0 commentaire(s)


Tags : Dakar, Fashion




À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter