Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Mobile banking

MTN et Ecobank s'allient pour servir 12 pays

Cette alliance entre MTN, opérateur télécoms sud-africain, et Ecobank, banque panafricaine, jette un pont pour une intégration de leurs services aux clients.


Mobile banking
Cet accord entre les deux structures va singulièrement faciliter la cohabitation des services des deux structures au profit de leur clientèle. Ainsi, les usagers du service MTN Mobile Money, également clients d'Ecobank, pourront retirer de l'argent aux distributeurs automatiques d'Ecobank. Autre avantage : les clients des deux groupes bénéficieront également de la possibilité de transférer de l'argent entre leurs comptes MTN Mobile Money et Ecobank. Selon l'agence Ecofin, ce service sera bientôt disponible au Bénin, au Cameroun, en Côte-d'Ivoire, au Ghana, en Guinée-Bissau, en Guinée, au Libéria, au Congo-Brazzaville, au Rwanda, au Soudan du Sud, en Ouganda et en Zambie.

Un deal gagnant-gagnant de grande envergure à l'échelle africaine
Pour mesurer la portée de cette alliance, il faut savoir qu'au 31 décembre 2013 l'opérateur sud-africain MTN revendiquait 14,8 millions d'utilisateurs pour Mobile Money, soit une hausse de 57,3 % en une année. Cette alliance conjuguée à la force de l'implantation du groupe Ecobank dans 35 pays africains avec un réseau de 1 250 agences, on comprend que Pieter Verkade, directeur commercial du groupe MTN, soit ravi. "MTN est particulièrement ravi de cet accord qui s'inscrit parfaitement dans nos efforts continus d’améliorer l'accès aux services financiers pour nos clients", dit-il. Réponse de Patrick Akinwuntan, directeur exécutif du groupe Ecobank chargé du domestic banking : "Ce déploiement démontre notre engagement à faire de la banque à distance une réalité. Notre empreinte panafricaine nous permettra aussi d'être à la pointe du développement d’un marché transfrontalier de services bancaires par téléphone en Afrique." Une intégration des services qui accompagne l'intégration des marchés africains.

Source lepoint.fr

Par Clémence Njanjo
Rédigé le Mardi 10 Février 2015 à 13:59 | Lu 978 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter