Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Mighty Sparrow

CALYPSO

Slinger Francisco, better known as The Mighty Sparrow, affectionately dubbed, The Birdie is the unrivaled Calypso King of the World, with a career that spans over 40 years and counting


Mighty Sparrow
Mighty Sparrow
This artist par excellence has earned his rightful place as "King of the Calypso World" by defeating every other competitor/pretender to his throne. He has entertained audiences across the globe, including, the Caribbean, Europe, Asia, Africa, North and South America, to name but a few.

Sparrow's roots are in Gran Roi, a rural fishing village in Grenada. He was born to a poor working class family. They migrated to his adopted homeland, Trinidad, when he was just one year old. He attended the New Town Boys School where he was selected to sing in the boys. choir of St. Patrick's Catholic Church. This was his initial involvement in music. The harmonics of the Gregorian Chants and the Plainsongs of the church that were embedded in him would later affect the depth and intensity of his compositions. His vocal abilities also reflect his childhood role as the head choirboy who sang baritone and tenor in Latin in the church.

basango.com
Rédigé le Mercredi 14 Avril 2004 à 00:00 | Lu 2401 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter