Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Micheline POTIGNON NGONDO

Engagée aux côtés des enfants déshérités

Mère congolaise de quatre enfants et diplômée en hôtellerie, propriétaire de deux grands hôtels à Pointe-Noire, a une vie associative très active depuis près de dix ans.


Micheline Potignon Ngondo © Valloni
Micheline Potignon Ngondo © Valloni
Engagée aux côtés des enfants déshérités, elle est cofondatrice de l'association Espace enfants (orphelins ou marginalisés), et elle préside l'Association Ngondo pour la lutte contre la pauvreté (ANLCP) et L'Arche de Noé (centre préscolaire accueillant près de 400 élèves, dont des enfants malentendants ou handicapés moteurs). En 2002, cet engagement la pousse à se présenter en tant que candidate indépendante aux législatives. Contre toute attente, elle est élue avec plus de 60 % des suffrages. Elle est réélue haut la main en 2007 et 2012.

Unique femme députée du département de Pointe-Noire, elle a travaillé d'arrache-pied, dès son premier mandat, pour déposer un projet de loi sur la protection de l'enfant. La loi Potignon a été adoptée en 2010. Loin de s'arrêter là, Micheline Potignon Ngondo, 67 ans, se prépare à déposer un nouveau projet sur le bureau de l'Assemblée nationale, relatif à la protection et au droit des veuves (notamment en matière d'héritage), au coeur de nombreux drames dans les familles congolaises.

En 2003, l’ANCLP a financé la construction du Centre de Santé Intégré de Tchimbamba et a réhabilité, aménagé et équipé l’école E.P. Lumumba à Mpita. Dans le but d’améliorer les conditions de travail des élèves et des encadreurs mais aussi pour un meilleur rééquilibrage des ratios élèves/enseignants, l’ANCLP a réhabilité et équipé trois (3) salles de classe au lycée PNR2 et du centre préscolaire au camp 31 juillet.
De manière plus exhaustive, l’ANCLP travail sur différents fronts pour améliorer les conditions de vie des congolais. L’association a également passé un accord de coopération avec le Fonds des Nation Unies pour l’Enfant (INICIF) aux fins de coopérer à la mise en œuvre d'un projet d’appui au développement et d’une stratégie de sensibilisation pour les jeunes sur le VIH-SIDA.

Source Jeune Afrique

Rédigé le Mercredi 13 Mars 2013 à 06:49 | Lu 1329 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter