Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Mary J. Blige

No More Drama

Mary J. Blige est née le 11 juillet 1971, dans le quartier du Bronx, à New York. Elle se passionne très tôt pour le chant et intègre la chorale de l’église locale alors qu’elle sait à peine marcher ! Elle n’a qu’un but: faire de cette passion un métier.


Elle a tout juste vingt-et-un ans quand sort son premier album, What’s The 411. Il lui vaut vite le qualificatif de « reine de la soul et du hip hop » puisque cet opus s’écoule à plus de trois millions d’exemplaires ! Très influencée par les grands maîtres du genre comme Stevie Wonder ou Gladys Knight, Mary décide toutefois de ne pas s’endormir sur ses lauriers.

Elle remet donc l’ouvrage sur le métier dès l’année 1994 et publie My Life. Encore un énorme succès et une première tournée mondiale organisée dans la foulée.

Mary J. Blige poursuit sur sa lancée en 1997 avec Share My World, qui comprend notamment un duo avec le rappeur Nas (Love Is All We Need). Un disque enregistré dès la fin du périple planétaire de la jeune chanteuse.

No More Drama
Elle décide de baptiser son quatrième album studio de son prénom, Mary, et l’on y note une brillante collaboration avec Puff Daddy. L’une de ses idoles, Aretha Franklin, vient lui donner la réplique sur Don’t Waste Your Time tandis que George Michael vient lui prêter main forte pour un bel hommage à Stevie Wonder (As). Parmi les autres invités, Lauryn Hill et Elton John. Encore une fois, c’est une parfaite alchimie entre hip hop, soul, rhythm & blues et disco !

En 2001, le cinquième album de Mary J. Blige est intitulé No More Drama. Un disque qui rencontre un nouveau grand succès outre-Atlantique et qui est réédité quelques mois plus tard. Cette nouvelle version comprend de nombreux inédits et titres remixés. L’ensemble est produit par Dr Dre et apparaissent entre autres Pharell Williams des Neptunes, Ja Rule, Eve ou Missy Elliott. Le succès est fulgurant pour la native de la cité des Yonkers, à New York, qui envisage même de créer son propre label.

Love and Life
A l’été 2003, elle collabore de nouveau avec Dr Dre mais aussi avec Jay Z, 50 Cent et Method Man pour un nouvel album intitulé Love & Life. Elle en assure elle-même la production, en association avec P. Daddy et propose un disque dans la droite lignée des précédents.

Elle se retrouve aussi en duo avec Sting sur le nouvel opus de ce dernier et épouse son producteur à la fin de l’année. Mary J. Blige a la trentaine sereine…



Last fm
Rédigé le Samedi 5 Juillet 2008 à 17:30 | Lu 2681 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 2 Juillet 2015 - 17:45 Congo’s Travel Agency

Mercredi 4 Février 2015 - 12:22 Une fée nommée Rougui Dia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter