Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

MIRIAM MAKEBA

AU FESPAM 2007

Du 7 au 14 juillet 2007, Brazzaville, la capitale congolaise a abrité la 6è édition du Festival Panafricain de Musique. Au nombre des invités de proue figure en bonne place Myriam MAKEBA


Bien que n’ayant pas monté sur scène, Myriam MAKEBA, la « mama africa », a auréolé ce festival par la force de son charisme. Ce qui l’a singularisé de tous les autres invités. Cette singularité s’est révélée lors de la nuit réservée à l’élection miss Fespam. En effet Angèle ASSELE, la chanteuse gabonaise est montée sur scène et a interprété l’une des célèbres chansons de la « maman africa » à savoir MalaÏka. A cet instant Myriam Makeba qui était dans l’assistance, l’a rejoint sur le podium pour l’interpréter avec elle. Toute la salle était électrisée par la mélodie, emportée par la finesse de sa voix. Cette improvisation a révélée au public que Myriam MAKEBA a encore sa saveur dans les tripes. Au sortir de l’entretien avec le chef de l’état congolais, Myriam MAKEBA a déclaré : "J'ai 76 ans. J'ai commencé à chanter à 18 ans. Quand on est chanteuse et tant qu'on a sa voix, on ne peut prétendre arrêter. Je chanterai jusqu'à 90 ans". Continuer à donner de soi même est ce qu’on attend toujours d’un homme. Concernant le Fespam, Myriam MAKEBA a déclaré qu’il est un point de rencontre de plusieurs couleurs musicales de l’Afrique (…) c’est une idée formidable. Pour Pierre Samarrange BAGHAMBOULA, Inspecteur de l’Action Sociale au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, Myriam MAKEBA est une valeur incontestable pour l’Afrique. Idem pour Carine IBATTA fonctionnaire qui pense que Myriam MAKEBA est un monument de la musique. Une femme qui émerge est un symbole d’émancipation dans le village aimait dire ma grand-mère. Mais pour la mama africa, elle l’est pour toute L’Afrique. C’est ce que pense aussi Mme Marie Christiane MALEKA, Directrice des Services sociaux spécialisés et de catégorie au Ministère des Affaires Sociales lorsqu’elle affirme : « Myriam MAKEBA est une référence pour les artistes féminines de la chanson africaine ». Notons que sa première visite au Congo date de 1970 et sa dernière visite remonte à 1991 avec Nelson MANDELA. b[De Genséric Fresnel BONGOL TSIMBA]b Correspondant permanent de Basango.com au Congo

Par De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Vendredi 20 Juillet 2007 à 17:50 | Lu 3021 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter