Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

MARIE DENISE SAHUÉ

LES GBÊS DE GODRA

Marie- Denise Sahué est née à Anyama, Côte d’Ivoir. Cette journaliste a obtenu son BTS en communicaction et après elle a commencé a travailler à la radio. Déjà en mai 2000, Marie a fait son entrée dans le journal satirique “Gbich”, et depuis 2004, elle est rédactrice en chef de l’hebdomadaire feminin “Go Magazine”.


MARIE DENISE SAHUÉ
Par fois comique, pas fois dramatique mais toujors decontractèe, celle que l’on surnomme Madouce, a creè un livre fondè sur les questions et les reponses sur un denominateur commun universel : les rapports entre les hommes et les femmes.
Ce sont les propres lesteurs qui propose la thématique du livre quand ils ecrivent en demandant du l’aide ou des conseils a Madouce.
Mais Madouce n’est pas toute seule dans son cabinet sentimental, il y a aussi Godra, beaucoup plus radical et impitoyable avec le genre masculin. Deux points de vue sur la meme situation que nous invite toujours a reflechir.

Mais, qui est donc vraiment Marie Denise Sahuè ? Madouce ou Godra ?
Une lecture qui ne nous laisse pas indifferents. Alors, à quand la guerre de sexes... ?

Marie Denise est membre fondateur du Réseau des Professionnels des Médias, des arts et des sports (REPMASCI), engagé dans la lutte contre le SIDA dans son pays, et membre du Bureau Exécutif de l’observatoire de la Liberté de la Presse de l’Éthique et de la Déontologie (OLPED).

En plus, l’ecrivaine participe aux divers projects humanitaires destinés à l’alphabétitation dans plusiers pays d’Afrique.



"Las tonterías de GODRA"

A veces cómica, a veces dramática, pero siempre con un cierto aire desenfadado, Madouce, alias de la escritora, ha construido un libro basado en las preguntas y respuestas sobre un denominador común universal: las relaciones amorosas entre hombres y mujeres.

Son los mismos lectores los que proponen la temática del libro al escribir pidiendo ayuda o consejo a Madouce.
Pero Madouce no está sola en su consultorio sentimental, también está Godra, mucho más radical y despiadada con el género masculino. Dos puntos de vista sobre una misma situación que nos invita a reflexionar.

…pero entonces, ¿quién es en realidad Marie Denise Sahué? ¿Madouce o Godra?

Una lectura que no deja indiferente y que nos sugiere la eterna pregunta ¿hasta cuándo las diferencias entre hombres y mujeres?, ¿hasta cuándo la guerra de sexos?.




Par Laura DIAZ CALVO
Rédigé le Vendredi 14 Octobre 2011 à 22:14 | Lu 964 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter