Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

MARCUS MILLER

Bassiste, clarinettiste, clavieriste, Jazz-Rock et Funky


Marcus Miller (né le 14/06/1959 à New York) est un musicien, composisteur et producteur de jazz américain, notamment connu comme bassiste de Miles Davis, Luther Vandross et David Sanborn. Mais Miller est également un excellent clarinettiste, clavieriste, saxophoniste, chanteur, et guitariste.
Il commence la musique avec son père, qui lui apprend à jouer du piano et de l'orgue, avant de se mettre de lui-même à la clarinette puis de découvrir la basse à l'âge de treize ans. C'est sa connaissance d'autres instruments, et en particulier la clarinette qui va faire de lui un bassiste hors norme, au son unique.
Avant sa rencontre avec Miles Davis, Marcus Miller joue avec nombre d'artistes renommés, dont les français Claude Nougaro (avec qui il enregistre l'album "Nougayork") et France Gall, ou licône du R&B Aretha Franklin.
Il commence son parcours de bandleader dans les années 1980, et une douzaine d'albums va suivre, dont "Tales", "M2" ou "Power - The Essential of Marcus".
Roi du slap et du tapping, il oscille entre funk et jazz-rock, ce qui donne des albums pleins d'énergie comme l'excellent "Tutu" de Miles Davis (dont il compose et arrange presque tous les titres).
Des harmonies élaborées, un groove omniprésent et des mélodies imaginatives font de la musique de Marcus Miller une des valeurs sures du jazz contemporain.



WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Lundi 9 Septembre 2013 à 20:05 | Lu 451 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter