Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

MANTSIÉMÉ

Mantsiémé, l'ensemble traditionnel Téké du Congo fondé à Brazzaville en 1978 représente l'un des fleurons musicaux de la cour royale Téké.


Mantsiémé
Mantsiémé
Cette musique accompagnait jadis l'intronisation des rois MAKOKO et tous les événements importants du calendrier royal, notamment les veillées mortuaires. La culture Téké qui s'étend du Congo au Gabon et à l'ex-Zaïre fut longtemps rejetée aux lendemains des indépendances, marquée par les accords passés entre Savorgnan de Brazza et le roi Makoko qui plaçait le Royaume sous domination coloniale française. Cette situation, qui a occasionné un repli culturel pendant de nombreuses années, a aussi permis la sauvegarde de tout un répertoire musical dont les Mantsiémé sont les plus illustres représentants.

Cette musique est encore pratiquée aujourd 'hui sous sa forme traditionnelle et garde secrètement ses rituels sur les plateaux Koukouya à quatre cents kilomètres au Nord-Est de Brazzaville.
Parallèlement à sa forme traditionnelle, l'ensemble Mantsiémé, à Brazzaville n 'exclue pas un travail expérimental : marquant le passage de la tradition à la modernité, il est basé sur
l'utilisation de pointes d'ivoire (défenses d'éléphants), tambours, calebasses, cloches à deux battants qui accompagnent le griot et les chœurs, jusqu 'aux tuyaux d 'arrosage utilisés en guise de trompes.

Mantsiémé
Rédigé le Jeudi 27 Novembre 2014 à 15:46 | Lu 623 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 16 Janvier 2017 - 20:54 "Racines", un remake événementiel

Lundi 14 Décembre 2015 - 14:47 Spirita NANDA

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter