Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

MAKANDAL

Nègre marron Haïtien

1779. Le bateau négrier accoste sur le quai de Cap Haïti au nord du pays. Parmi les deux cents esclaves partis de Guinée, dans la lointaine Afrique, seuls quarante arrivent. Les autres sont morts durant la traversée et ont été jetés aux requins.


Portrait d'esclave
Portrait d'esclave
Parmi les survivants se trouve Makandal, un noir mandingue au corps sculptural et à la voix grave, que les chaînes ne semblent pas blesser.
Lors de la vente aux enchères, un monsieur propriétaire de plantations de canne à sucre l’achète.
Makandal coupe la canne à sucre comme personne d'autre, mais il perd un bras dans le moulin et commence à s'occuper du bétail. Il commence à se sentir inutile. La nostalgie de sa terre et de son peuple l'envahit, et la peine occupe sa pensée.
Cependant, il ne se laisse pas vaincre, se confie aux dieux noirs et trouve une raison de vivre dans l'observation de la nature.
Il connait ainsi de nombreuses plantes, différentes de celles de son coin de pays, mais aussi instructives qu'elles. Ce sont des plantes rares, auxquelles personne d'autre n'a prêté attention jusque là.
Il découvre un champignon qui rend malade et peut tuer... Et il le donne à manger au chien de Monsieur. Et tandis qu'il le regarde s'effondrer, Makandal a en tête la souffrance de son peuple...


Un jour il disparait de la propriété: on ne le trouve pas dans la cour des vaches, ni dans la cuisine, et encore moins dans grande baraque ou dorment les esclaves. Il n'est nul part. "Makandal est un mandingue, et chaque mandingue est un rebelle. Il s'est désormais fait nègre marron et celui qui le rencontrera devra m'en informer ", crie le français à ses esclaves.

Arrive la saison des pluies : les fleuves et les ruisseaux augmentent de volume et débordent de leur lit, mais Makandal ne donne aucun signe de vie. La saison des pluies passe et les fleuves retrouvent leurs lits...

Un jour, l'esclave Tinoel qui croyait que son ami était mort reçoit un message: "J'envoie te chercher, car notre temps est venu, le temps des nègres. Nous n'avons pas d'armes, mais nous possédons la sagesse de Run le guerrier, et l'intelligence du grand Oxosse". En quelques semaines, le champignon vénéneux envahit les étables et les pâturages. Vaches, bœufs, chevaux et brebis tombent par centaines, couvrant la région de l'odeur de charogne. La peste ne tarde pas à pénétrer la maison de l'homme blanc. Makandal proclame la "campagne de l'extermination " pour la création "d'un empire de noirs libres".
Soldats et contremaîtres se lancent à sa chasse...ils fouillent tous les recoins, mais ne le trouvent pas. Pourtant les yeux de ses frères le voient partout: "Il porte le costume des animaux-disent-il-, s'approprie du cours des fleuves, parle par la bouche du vent, connait chaque arbre, chaque caverne...".

Son épopée dure quatre années durant lesquelles il est transformé en lézard, en cobra, en oiseau ou toute autre bestiole. Quatre années pendant lesquelles il sort de ses cachettes pour assister aux rites durant lesquels les dieux africains sont vénérés.
Arrive le mois de décembre, période de festivités nègres à Haïti.
Après le tambour sacré surgit la silhouette de Makandal. Personne ne le salue, mais son regard affectueux rencontre celui de chacune des personnes présentes et les bols d'eau chaude passent de mains en mains jusqu'à celles du visiteur assoiffé.

Toute la joie ambiante fait même oublier à tout ce monde que les blancs sont toujours là, et que la trahison reste possible... Et vingt soldats l'emportent devant le regard étonné des ses frères. Le chant triste des tambours résonne depuis le fleuve Artibonite jusqu'à l'île de la Tortue. Sur la place centrale, tut est prêt: les autorités sont confortablement installées dans l'église, et les esclaves sont près du bûcher, obligés par leurs maîtres de voir le "feu de l'exemple".

Makandal parle avec Oxosse et Run: "Grands dieux de mon peuple, je vous demande de me laisser rester dans ce monde, pour poursuivre la lutte pour mon peuple ".

Les flammes commencent à monter sur ses pieds; Makandal pousse un cri, ses liens se défont et son corps s'étire dans les airs, sautant par-dessus la multitude qui observe. Puis il disparait.
Les prêtres noirs font passer le message : "Makandal est resté parmi nous, dans le règne de ce monde ".

Les indépendantistes qui déclarent la "Première République Noire du continent " en 1789 s'inspirent de lui, ainsi que les paysans guérilleros que résisteront f à l'occupation nord américaine de l'île en 1915. Aujourd'hui, lorsqu'une révolte populaire éclate, dans les taudis et les plantations de café, on peut entendre certaines voix qui chantent : "Ici marche le manchot avec son peuple. Ici marche le mandingue, qui est resté dans ce monde. Ici marche Makandal...".

Les indépendantistes qui déclarent la "Première République Noire du continent " en 1789 s'inspirent de lui, ainsi que les paysans guérilleros que résisteront à l'occupation nord américaine de l'île en 1915. Aujourd'hui, lorsqu'une révolte populaire éclate, dans les taudis et les plantations de café, on peut entendre certaines voix qui chantent : "Ici marche le manchot parmi son peuple. Ici marche le mandingue, qui est resté dans ce monde. Ici marche Makandal...".


beliones Indígenas y Negras en América Latina ©Kintto Lucas 1ª edición, Ediciones Abya Yala, 1992, 2ª edición, Ediciones Abya Yala, 1997 3ª edición, Ediciones Abya Yala, 2000 4ª edición, Quincenario Tintají, 2004

par Guy Everard Mbarga
Rédigé le Mercredi 2 Août 2006 à 19:28 | Lu 5190 commentaire(s)






1.Posté par Nim le 17/09/2006 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salut,
tout ce paragraphe sur Makandal n'est qu'une fiction. En effet, il est avéré historiquement que le neg marron le plus fameux de l'île de beauté a été brûlé sur la place du Cap durant l'an 1756, suite à un proces retentissant. Quand à savoir s'il était mandingue, la question reste ouverte mais l'éthymologie probable de son nom ferait pencher pour une origine peule ou bambara. Ceci dit, Makandal, symbole du caractère véritablement africain du peuple haïtien, a très vite inspiré les prosateurs : dès 1786, une histoire romancée de ses aventures fut édité à Paris.

2.Posté par JEYLEEN le 05/07/2007 10:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour, seriez vous où l'on peut trouver ce livre?


À lire aussi :
< >

Jeudi 26 Août 2021 - 18:12 Dulcie September

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter