Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Louis Armstrong

Le 1 septembre 1995: La légende du Jazz est sur un timbre aux USA

Il y a 10 ans déjà Louis Armstrong [1901-1971] une des plus grandes célébrités du Jazz, trompettiste émérite et chanteur de la tradition du Jazz New Orleans était honoré d’un timbre à son effigie aux USA. Officiellement mis en vente en premier lieu à la Nouvelle Orléans, lors d'un festival avec la participation de Wynton Marsalis, Al Hirt, Doc Cheatham et d'autres musiciens, sa valeur faciale était de 0,46 euros en 2002.


Louis Armstrong
Louis Armstrong
Né le 04 juillet 1900 dans un quartier particulièrement pauvre et mal famé de la Nouvelle Orléans, Louis Armstrong grandit dans un environnement marqué par la décrépitude sociale : trafics, prostitution, vols à la tire…

C’est ainsi que le jeune Louis âgé de 18 ans se retrouva en maison de redressement pour s’être adonné à un jeu très courant dans le quartier consistant à tirer au revolver sur une cible vivante ou pour s’amuser. Mal lui en prit cette nuit de la Saint-Sylvestre où un policier le mena chez le juge puis en maison de correction.

Mais à quelque chose malheur fut bon puisque c’est dans son infortune que le jeune Louis Armstrong qui avait été élevé par sa grand-mère, en l’absence de son père parti et de sa mère qui vivait d’expédients, apprit à jouer de la trompette. Son éducation musicale avait commencé il faut le dire à l’ombre de sa grand-mère et il avait débuté à la chorale de l’église, puis plus tard avait monté un groupe vocal local.

Après son séjour de dix-huit mois de correction, Armstrong, avec le soutien de sa femme de l’époque, la pianiste Lil Hardin entama une brillante carrière solo, devenant le meilleur dans cet art que presque tous lui envièrent au point de l’imiter.

En 1922, il intègre le Creole Jazz Band de Chicago. Deux ans plus tard il devient membre de la formation de Fletcher Henderson à New York. Il crée son premier Hot Five en1925 à Chicago et s’impose comme une référence mondiale du jazz New Orleans.

Très grande voix du blues et du genre spirituals il popularise le skat, cette technique de chant-onomatopée qui fait merveille dans le Jazz. Il enregistre Hello Dolly en 1963, un immense succès mondial. Louis Armstrong décède le 06 juillet 1971 à New York dans sa maison du Queens.

Armstrong heureusement n’est pas la seule célébrité africaine américaine à avoir eut cette consécration philatélique, les Sidney Bechet, Duke Ellington, Ella Fitzgerald, et récemment Oscar Peterson. Les collectionneurs devraient donc faire leurs jeux afrocentriques en connaissance de cause.

Ze Belinga / Afrikara.com
Rédigé le Vendredi 9 Septembre 2005 à 08:36 | Lu 2794 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter