Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Los Peces del Viento (Part1)

Palabras, words, des mots...

“Los peces del viento…palabras, words, des mots”, es un documental sobre el desarrollo del Slam en México D.F. Palabras éstas que se manifiestan como una expresión del deseo, del pensamiento, de las emociones, del sufrimiento, de las aspiraciones… Una película de Wilfrid Massamba (52')


El Slam es tanto tribuna de expresión libre como movimiento de fuerte reivindicación social. El, tiene sus raíces en la cultura tradicional de la poesía asi como también en las formas más actuales de la cultura urbana. En Flagstaff, Arizona, una pequeña ciudad fronteriza con México, Logan Phillips de 28 años crece en un medio ambiente donde la cultura mexicana es parte de su vida. En el 2006 decide instalarse en Cuernavaca. En México, Logan se encuentra con Mardonio Carballo un poeta y actor, militante de la causa indígena.

WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Vendredi 29 Août 2008 à 02:58 | Lu 1197 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par carolina cruz b. le 01/10/2008 20:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
saba Willy?!!! que bueno esta tu protecto espero que sigas prosperando y que salgas adelante como hasta ahora,espero ir a ver tu pelicula y disfrutar un poco de algo bueno.Carolñina

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Jeudi 3 Septembre 2020 - 22:38 Quibdó Africa Film Festival 2020

Dimanche 13 Octobre 2019 - 23:03 Quibdó África Film Festival

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter