Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Les nègres marrons

FLÈCHE QUI CHERCHE LA LIBERTE

Pour essayer d’accréditer l’idée selon laquelle les Africains déportés en Amérique étaient contents de leur sort et de leurs maîtres, l’historiographie officielle a souvent cherché à passer sous silence les innombrables et permanentes révoltes d’esclaves.
La vérité est qu’aucune contrée de l’Amérique n’a été épargnée de révoltes de ceux qu’on appelait les nègres marrons.


Les nègres marrons
Les nègres marrons
L’île de Surinam est un ensemble de 400 plantations de canne à sucre.
Dans ces plantations des nègres travaillent jour et nuit. Au rythme du fouet.
Dans ces plantations l’espérance de vie est de sept ans maximum.
Alors à la tombé de la nuit les nègres essaient de s’échapper de cet enfer.
Ceux qui sont rattrapés sont pendus par un crochet de fer leur traversant les côtes.
Ou alors ils sont écartelés ou crucifiés.
les autres - ceux qui arrivent à échapper aux chiens et aux chasseurs de primes lancés à leurs trousses - s’enfoncent dans les entrailles des forêts ou des marécages et y construisent leurs demeures. On les appelle les cimarrons mot qui veut dire “ flèche qui cherche la liberté “.


David Gakunzi
Rédigé le Jeudi 12 Juin 2003 à 00:00 | Lu 790 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter