Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Les débuts à l'écran de Naomi Campbell


Les débuts à l'écran de Naomi Campbell
Aujourd'hui âgée de 32 ans, la star des podiums cherche à se reconvertir. Alors qu'elle pourrait faire son retour à la musique dès la fin de l'année - une suite à l'album Baby Woman, Naomi Campbell fera ses débuts au cinéma dans Go-Go Tales où elle incarnera une strip-teaseuse aux côtés de l'actrice Drea de Matteo, vue dans Les Soprano. Si le film - qui se situera dans une boîte à strip-tease new-yorkaise, rencontre suffisamment de succès, il pourrait aussi se transformer en série télé dans laquelle Naomi apparaîtrait. Jusqu'à présent, les tentatives de passage au grand écran de la top-model s'étaient soldées par des échecs. Dernier en date : la belle s'est vue refuser un rôle dans Kill Bill, le nouveau Quentin Tarantino.


basango
Rédigé le Jeudi 27 Mars 2003 à 00:00 | Lu 1611 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 2 Juillet 2015 - 17:45 Congo’s Travel Agency

Mercredi 4 Février 2015 - 12:22 Une fée nommée Rougui Dia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter