Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Léon Gontran Damas

POESIE ECARTELEE

Ce 22 janvier 1978 est mort dans un hopital de Washington Léon Gontran Damas. Né en Guyane en 1912, il fut avec Senghor et Césaire, l'un des trois grands poètes de la négritude.


Léon Gontran Damas
Il se nomme Damas. C’est un nègre. Déblayons un peu le terrain, Il ne sera question à son sujet ni du chemin, ni des lames, ni de l’âme, de Damas...

Damas est nègre et tient à sa qualité et à son état de nègre. Voilà qui fera dresser l’oreille a un certain nombre de civilisateurs qui trouvent juste qu’en échange de leurs libertés, de leur terre, de leurs coutumes et de leur santé, les gens de couleur soient honorés du nom de "Noirs".

Damas refuse le titre et reprend son bien.

Ils sont à la gloire, ces poèmes, de tout l’immense prolétariat indigène des colonies. Ils nous signifient que le temps est venu de poursuivre la conquête de ces terres et de ces peuples.

Ne sont-elles pas exploitées comme les nôtres ces terres. Et ces peuples ne sont-ils pas... voyez un peu où la plume et le bon sens nous entraînent.

Ces poèmes sont donc aussi un chant d’amitié offert, au nom de toute sa race, par mon ami, le nègre Damas, à tous ses frères blancs. Un don de la savane à l’usine, de la plantation à la ferme, de la fabrique tropicale à l’atelier européen.


basango / ROBERT DESNOS
Rédigé le Mercredi 28 Janvier 2004 à 00:00 | Lu 2657 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter