Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Lenny Kravitz se fait harceler chez lui

Lenny Kravitz a eu la désagréable surprise...


Lenny Kravitz se fait harceler chez lui
Samedi soir, alors qu'il donnait une fête dans sa splendide maison de 9 millions de dollars à Miami, Lenny Kravitz a eu la désagréable surprise de trouver parmi ses invités une jeune femme de 25 ans qu'il ne connaissait pas. Lorsqu'il lui a demandé qui elle était, Stella Di Dino a tout simplement répondu : "Je serai ton épouse dans la mort". Charmant ! A ces mots, Kravitz s'est enfui en courant de chez lui et a immédiatement appelé la police. Les enquêteurs ont alors découvert que cette fan à l'humour morbide suivait le chanteur depuis plusieurs mois, notamment aux Bahamas et qu'elle avait même réussi à s'introduire dans son bureau de Miami. Stella Di Dino a été aussitôt inculpée pour harcèlement, avec intention de nuire, et frappée d'une interdiction de ne plus approcher la star.

basango
Rédigé le Lundi 17 Mars 2003 à 00:00 | Lu 1471 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 11 Février 2011 - 08:52 Halle Berry et Gabriel Aubry

Vendredi 21 Janvier 2011 - 08:40 Tony Parker / Eva Longoria

Kiosque | Ki Kouil Ki







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter