Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

« Oreille riche », tel est le surnom de commandant royal donné à Moé Makosso IV, 17e roi de Loango, intronisé en novembre 2009 à Bilala (dans le Kouilou). « C’est le siège du royaume, où tous les rois ont été intronisés, et où il vécu.


Moe Makosso IV, jour de son intronisation novembre 2009 - W.Massamba
Moe Makosso IV, jour de son intronisation novembre 2009 - W.Massamba
Le roi Moe Makosso IV du royaume Loango s'est éteint, le 23 décembre, à la Polyclinique internationale de Rabat au Maroc des suites d'une longue maladie.
Depuis quelque temps, la santé de Moe Makosso IV, roi de Loango, était vacillante. Ce qui a occasionné son évacuation sanitaire à Rabat au Maroc. Malheureusement, il est décédé au royaume chérifien en plongeant les parents et proches dans la consternation.
Le Roi Moe Makosso IV a été intronisé le 29 août 2009 au palais royal à Diosso, succédant à Moe Tati 1er qui a tiré sa révérence en 2007 en France des suites de maladie.
Retraité de l'Agence transcongolaise de communication, Moe Makosso IV qui est né le 1er mai 1944 à Tchizondi, dans le département du Kouilou, est le premier roi à habiter le nouveau palais royal (Limani-Li-Bwali Diosso), inauguré en 2016 et qui s'étend sur une superficie de 960 m2. Il laisse deux veuves et seize enfants.

Source : All Africa

Hervé Brice Mampouya
Rédigé le Mercredi 30 Décembre 2020 à 12:50 | Lu 839 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 26 Août 2021 - 18:12 Dulcie September

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter