Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le cours du pétrole remonte


Terminal de Djeno Pointe-Noire © Wilfrid Massamba
Terminal de Djeno Pointe-Noire © Wilfrid Massamba
Les cours du pétrole continuaient de progresser au-delà des 60 dollars le baril mercredi 6 mai dans les échanges électroniques en Asie. Mardi, le baril de "light sweet crude" avait fini en hausse de 1,47 dollar à 60,40 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). À Londres, le Brent avait terminé en hausse de 1,12 dollar à 67,52 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE).
Cette remontée du prix du baril s’est amorcée mi-mars, après plus de huit mois de recul (depuis juin 2014), celui-ci étant dû à une hausse de la production mondiale et au refus de l’Organisation des pays exportateur de pétrole (Opep), qui pompe 40 % du brut mondial, de limiter ses exportations.
Le léger rebond du marché pétrolier est aujourd’hui aussi entretenu par des préoccupations géopolitiques au Moyen-Orient (Libye, Yémen, Irak), et la perspective d’une réduction du déséquilibre entre l’offre excédentaire et la demande atone.
Certains experts du secteur misent notamment sur la réduction du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis. Le département de l’Énergie (DoE) doit publier mercredi ses dernières données hebdomadaires sur les réserves américaines.
L’évolution du cours du pétrole reflète aussi l’affaiblissement du dollar, dans lequel sont libellés les échanges pétroliers. Le repli du billet vert - dû aux inquiétudes sur l'économie américaine relancées par le creusement du déficit commercial - rend ces achats de pétrole moins onéreux et donc plus attirants pour les investisseurs.

Source lemonde.fr


lemonde.fr
Rédigé le Mercredi 6 Mai 2015 à 09:28 | Lu 2926 fois | 0 commentaire(s)


Tags : pétrole




À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter