Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le chevalier de Saint-Georges

HOMME À LA MODE

Le chevalier de Saint-Georges a été l'un des plus grands violonistes du XVIII° siècle. Né sous le chaud soleil de la Guadeloupe, c'est dans les salons de Paris que s'est épanouie sa jeunesse. Fils d'esclaves, il fut servi par des laquais. Grâce à son talent de violoniste notemment. Il meurt en 1799.


Chevalier de Saint-Georges
Chevalier de Saint-Georges
Virtuose du violon
âme sentimentale et tendue
il vole d'amour en amour
Presqu' autant que ses victoires à l'épée ses
conquêtes féminines sont légendaires
Homme à la mode
aux rendez-vous de l'élégance
il est prestigieux de lui tenir cortège.

David Gakunzi
Rédigé le Jeudi 29 Septembre 2005 à 21:12 | Lu 2333 fois | 1 commentaire(s)






1.Posté par Jean-Claude HALLEY le 30/12/2006 02:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sans oublier le militaire et l'homme engagé pour défendre la patrie et les idéaux républicains. Les députés et patriote de Saint-Domigue ne l'ont-ils pas désigné pour être à la tête de la fameuse Légion Noire. N'a-t-il pas été avec Dumas le futur Général le sauveur de la place forte de Lille au moment de la trahison de Dumouriez.
Jean-Claude HALLEY
Association des Amis de Saint-Georges

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter