Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le Règne Planétaire du Sebene

L’Arme fatale du Son Congolais Impérial

Avec la guitare ex-zaïroise en mode sebene, il n’y a peut-être que les mélancoliques et envoûtantes six-cordes blues qui auront dominé la planète ces dernières décennies au point d’influencer profondément les autres genres de variété musicales, sur plusieurs continents ! Le sebene partant avec le handicap de la sous-médiatisation… Très fort !


Le succès continental des Z

Le Règne Planétaire du Sebene
Connaissez-vous des artistes européens de premier plan, de quelque style musical que soit qui puissent, sans faire les Unes des journaux people à grands tirages, sans passage télé, sans campagne d’affichages et d’annonces nationales avec une batterie de partenaires, remplir les immenses salles de spectacles que sont Bercy ou le Zénith en France par exemple. Ces performances sont devenues des défis d’apprentis gongleurs pour les stars congolaises qui se succèdent à faire le plein dans les temples européens de la musique : Zaïko Langa Langa, Papa Wemba, Koffi Olomide, JB Mpiana, Werrason, Awilo Longomba, et bien d’autres moins en vue, tels sont les monstres du son kinois impérial [Kin pour Kinshasa], qui mettent depuis plusieurs décennies toute l’Afrique subsaharienne au pas, ce qui est loin d’être une formalité.

Le succès continental des Z qu’une bouillonnante compétition oppose entre les leaders, les a poussé à l’assaut d’autres marchés, d’autres mélomanes, d’autres fanatiques -fans en kinois. Suivant souvent les déplacements et migrations africaines, la musique congolaise s’est imposée en Europe et surtout aux Antilles et Caraïbes avec la puissance d’impact d’un météorite ricochant sur la planète terre. Les Caribéens déjà séduits par le Soukouss des années 80 n’ont pas loupé le coche à l’ère du N’dombolo, maîtrisant la position de tir du danseur en équilibre.

Le territoire de conquête le plus surprenant reste l’Amérique latine où les icônes congolaises sont largement connues et leurs tubes déclenchent de véritables hystéries dans les boîtes de nuit.

La potion magique kinoise, un savant mélange d’innovations chorégraphiques permanentes, haranguées par un fatal atalaku -crieur d’animation et tribun musical-, et des structures musicales rumba congolaise, lentes ou accélérées, qui évoluent très progressivement sur l’horizon de la décennie, en injectant des sons, effets, variations et inédits à dose homéopathiques.

Le dépositaire ultime de la dynamite, celui qui a le doigt sur la sonorité nucléaire préfigurant l’explosion extatique que provoquent les animations et le chauffé-le moment fort de la séquence dansante-, c’est bien sa majesté le soliste, guitariste lead full attack. Il prend, au moment décisif, intervalle hypnotique qui peut sembler interminable mais jamais fastidieux, toutes ses responsabilités, lançant et relançant les vibrations magnétiques de ses riffs thérapeutiques à l’abordage de la bataille ultime, celle du déchaînement d’un trop plein d’adrénaline injustement séquestré dans des corps psycho dépendants à la chimie sebene.

Comme disaient Zaïko Langa Langa...

Le Règne Planétaire du Sebene
Bien sûr les artistes congolais sont un spectacle à eux tous seuls, dans leurs tenues de scène qui assemblent comme eux uniquement savent l’inventer, des couleurs, des pièces curieuses -chapeaux, écharpes, capes, jabots, bijoux…- et des coupes de vêtements impensables. Leurs penchants irrémédiables pour le décapage des peaux, sont autant d’éléments qui alimentent en permanence l’actualité des méga stars du N’dombolo, en plus de faits divers coutumiers des rubriques appropriés des magazines afro.

Pour typique qu’est le son congolais, sa notoriété et son rayonnement se lisent à l’étendue de son ère d’influence. Tout le continent, de l’Afrique australe à l’Afrique de l’Ouest où d’autres conceptions harmoniques sont courantes, subit l’influence du son Z, jusqu’à en copier le style. On rencontre de plus en plus de fusions de musiques locales avec le sebene congolais, et d’une façon générale les musiques de variétés africaines dans l’ensemble adoptent comme principe musical la possibilité d’intégrer l’animation vocale et guitare à la congolaise ! Sur une durée longue de plus de trois décennies de suprématie, on trouverait péniblement une concurrence continentale sérieuse. Comme disaient Zaïko Langa Langa d’eux-mêmes, Toujours imités mais jamais égalés ! C’était pour la modestie du tenant du titre.

L’influence du sebene se retrouve dans les musiques caribéennes, en Réunion, en Colombie où des groupes locaux louent les services d’artistes congolais. Des autorités musicales respectables comme Carlinos Brown, deus ex machina de la scène afro-brésilienne, s’essayent à l’injection de sang sebene dans leurs productions.

Les mauvaises langues insinuent régulièrement que le son kinois ne se renouvellerait pas, n’évoluerait pas et s’appauvrirait chemin faisant. Cette remarque de fond est vite balayée par le mélomane qui constatera que les stars Z sont championnes de l’expérimentation, avec certes des fortunes diverses mais à la clé elles intègrent, sans rupture, des touches progressives qui colorent lentement les textes et les sons, ce n’est que des années plus tard que les changements radicaux apparaissent. On se souvient des expériences ragga introduites par les Wengue Musica BCBG dans l’album Pentagone, des phrases rap de Koffi Olomide, les Zaïko avaient en leur temps popularisé l’atalaku en bousculant l’ancienne rumba langoureuse, et le synthétiseur de Tabuley était subverti en contributeur rythmique à l’animation dans Nippon Banzaï. Ce sont ces mêmes Zaïko, avec à la baguette les vénérables maîtres guitaristes Shiro et Baroza, il y a quinze ans qui osaient aménager un son de guitare rock à distorsion, sur un tempo Z bien balancé. Il fallait y penser, aujourd’hui la pratique s’est répandue, y compris chez les imitateurs que l’on ne citera pas. Tika ba idéologie, polémique é sa té -Pas d’idéologie, pas de polémique aiment à dire les stars Z.

Elles ne seront malheureusement peut-être jamais suffisamment inscrites dans les livres de l’histoire de la musique, pourtant sans elles combien de crève-la-faim auraient succombé, combien de jeunes désespérés, de paupérisés et de déflatés auraient lâché prise d’avec le mince fil de survie les rattachant encore à la société environnante.

Un salut chapeau très bas à ces créateurs, innovateurs de l’ombre, ces détenteurs du son magique Kongo, le sebene en puissance, les Popolipo Zéro faute, les Shiro, les Baroza, les Huit Kilos, les Dally Kimoko, les Diblo Dibala, les Fi Carré, les Alain Prince Makaba, les Japonnais Hokito, et leurs continuateurs, Bo léki Bango !

[afrikara.com]URL:http://www.afrikara.com

Muana Mboka Yetjiang / Afrikara.com
Rédigé le Dimanche 16 Mai 2004 à 00:00 | Lu 3654 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter