Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le Monde: Un seul ?

Un seul monde...

Un jour quelqu'un m'a dit : Bienvenue au monde !!!! Eh! Oui, il se peut qu'il y est plusieurs mondes. Est-ce que nous avons autant de mondes comme autant de réalités ? . Les réalités sont différentes si nous naissons ici ou ailleurs, si nous naissons dans un milieu ou dans un autre, si nous faisons partie d'une couche sociale ou d'une autre, en fin, si nous avons une couleur de peau ou une autre.


Le Monde: Un seul ?
Mais les différences ne s'arrêtent pas là; le monde aussi est différent si vous faite partie d'une minorité ou d'une majorité, si vous vous habillé comme dans les années soixante ou comme dans les années quatre vingt dix, si vous riez plus fort que les autres, si vous mangez avec les mains ou avec des couverts, en fin, si vous mangez des céréales le soir et non le matin.

Et quel est le problème d'avoir des mondes différents et des réalités différentes. En principe, il est plus intéressant de savoir qu'il existe des différences, qu'il y a des différentes cultures, races, langues, couleurs; qu'il est mieux de rire plus fort que les autres, qu'il est mieux que les gens s'habillent comme ils se sentent mieux sans tenir compte de l'époque ou nous vivons, en fin, il est plus intéressant de savoir qu'il existe l'interculturalité.

Alors, les problèmes commencent quand les différences ne sont plus un avantage mais un désavantage; quand les libertés et les droits ne sont pas les mêmes pour les uns ou pour les autres et ils dépendent plutôt du monde ou vous habitez ou du monde d'où vous venez ! Quand aussi, vous êtes jugez parce que vous faite partie d'un monde et pas d'un autre; quand vous vous faites taper, tuer, éliminer, parce que vous faite partie des minorités, quand vous n'êtes pas libre de bouger comme vous le voulez parce que vous n'avez pas le droit au permis d'entrée ou de sortie d'un pays ou de l'autre car vous faite partie d'un endroit ou d'un autre, en fin, quand vous êtes punis même socialement car vous dites les choses comme vous les pensez.

Et quelle est la solution ? Défendre son propre monde ? Ne pas s'intéresser à l'existence d'autres réalités et vivre tranquillement sa propre réalité ? Essayer de quitter son propre monde pour un autre ? Éviter ceux qui ne font pas partie de son monde ou de sa réalité ?

Ce que Je vous propose, c'est d'accepter les différences, les différents mondes, les différentes réalités, d'accepter nos propres différences et de les assumer. Mais aussi, de se battre pour la tolérance et pour l'égalité de droits pour tous, en fin, d'accepter qu'il y a des gens qui mangent le fromage avec du chocolat chaud !





AAD
Rédigé le Lundi 10 Février 2003 à 00:00 | Lu 542 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mardi 25 Octobre 2016 - 17:28 Série. “Atlanta” :

Vendredi 8 Avril 2016 - 18:11 Driss Homet

Sous le manguier | Mots d'ailleurs | Tout converge









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter