Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le Maroc va abriter au mois de mai les assemblées annuelles de la BAD


Donald K. Patron de la BAD
Donald K. Patron de la BAD
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) tiendra ses Assemblées annuelles 2013 à Marrakech, au Maroc, du 27 au 31 mai 2013.
Plus de 2500 délégués, dont les ministres des finances, les gouverneurs des banques centrales et des chefs d'entreprise venant des 78 pays membres de l'institution participeront aux rencontres.

Les Assemblées seront consacrées au thème de «La transformation structurelle de l'Afrique ».

Elles examineront les interventions de la Banque en 2012 et son portefeuille de financement du développement pour 2013. La rencontre se penchera aussi sur les défis auxquels la région Afrique est confrontée dans les domaines clés tels que le changement climatique, les infrastructures, le secteur privé et la gouvernance.

Créée en 1964 pour mobiliser des ressources pour le développement économique et social de ses pays membres régionaux, la BAD est la première institution de financement du développement de l'Afrique. Elle met l'accent sur la réduction de la pauvreté et la promotion de la croissance durable. De 1967 au 31 décembre 2011, la Banque a approuvé 3661 prêts et des dons pour un montant total de 60,06 milliards d'unités de compte, soit environ 92,57 milliards de dollars américains en faveur de ses pays membres régionaux.

Les délégués représentant les autres institutions multilatérales de financement, les agences de développement, les chefs d’entreprise du secteur privé, les organisations non gouvernementales et la société civile, ainsi que les médias, assisteront également aux réunions.

A partir du 27 mai, des séminaires de haut niveau et d'autres événements parallèles seront organisés sur la situation économique, sociale et politique du continent. Les réflexions contribueront à accélérer la transformation du continent.

La Banque estime que «la transformation structurelle ne peut avoir lieu sans investissement dans les infrastructures, l'agriculture, la formation professionnelle et l'éducation, sans un engagement plus poussé avec le secteur privé. »

Le Maroc a accueilli les réunions annuelles de 1974 à Rabat.

Source Agence Ecofin

Agence Ecofin
Rédigé le Vendredi 22 Février 2013 à 13:12 | Lu 242 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter