Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le Festival

Le Basango Jazz Festival symbolise tout l’esprit de la culture congolaise au travers d’un événement musical magique et unique.


Scène du BJF 2013
Scène du BJF 2013
La musique est à n’en point douter le meilleur vecteur qui soit pour sensibiliser et fédérer l’opinion publique, et notamment la jeunesse. C’est dans cette optique qu’a été imaginé le Basango Jazz Festival, avec la volonté d’en faire un événement culturel, artistique et médiatique voué à promouvoir la culture et les traditions musicales africaines.

La quatrième édition du festival se déroulera du 4 au 6 Décembre 2014 à Pointe-Noire. L’événement réunira une pléiade d’artistes internationaux et locaux lors de trois soirées inoubliables. Le Basango Jazz Festival se veut un catalyseur culturel pour le Congo, avant tout destiné à faire rayonner et à promouvoir ses artistes. Le Basango Jazz Festival, c’est d’abord le goût de la découverte et du partage, une fenêtre ouverte sur le monde en direction des publics du Congo et un zoom sur la culture congolaise pour le monde entier.

Cette année, la programmation musicale prend une nouvelle dimension en accueillant les plus grands représentants de la musique congolaise mais aussi des têtes d’affiche internationales. Pensé comme une passerelle culturelle et temporelle, c’est au travers du jazz que l’on découvre la rumba avec des rythmes où se mêlent, pour notre plus grand bonheur, les musiques traditionnelles africaines et les sonorités venues d’ailleurs comme la Bossa-nova et la Samba, le Meringuée, la Biguine, le Tango, le Mambo, le calypso et tant d’autres.

Evénement à multiples facettes, le Basango Jazz festival est synonyme d’interactions et célèbre le dialogue. Au-delà de la myriade d’artistes se produisant sur scène, c’est tout un village culturel qui voit le jour à chaque édition. Ateliers artistiques, rencontres quotidiennes avec les artistes, workshops, expositions, projection de film, tout a pour finalité de provoquer l’émerveillement, de susciter des vocations, de favoriser les échanges et de véhiculer la culture, en célébrant la musique sous toutes ses formes, qu’elles soient traditionnelles, modernes, mais surtout métissées.

WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Mardi 8 Octobre 2013 à 13:06 | Lu 633 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 11 Avril 2014 - 16:19 HIGHLIGHTS

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter