Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le Congo rend homage à un de ses fils

ALAIN MABANCKOU

Cette cérémonie d’hommage a eu lieu à l’ambassade du Congo à Paris en France sous le patronage d’Henri Lopes, écrivain, ancien haut fonctionnaire des nations unies et actuellement ambassadeur du Congo en France.


ALAIN MABANCKOU
ALAIN MABANCKOU
Pour Henri Lopes le sacre d’Alain Mabanckou, en étant lauréat du prix Renaudot 2006, ne peut pas passer inaperçu pour les congolais vue primo son attachement à son Congo natal et secondo pour avoir écrit ses lettres de noblesse dans la littérature africaine, voir francophone.

Le président congolais, représenté par le ministre Firmin Ayessa porte parole de la présidence congolaise, a salué cette consécration en disant :

« En illustrant nos lettres à un niveau international jusqu'ici jamais atteint, vous enrichissez le patrimoine congolais et vous donnez à la jeunesse de notre pays, qui ne manquera pas de puiser dans votre exemple, une précieuse source d'encouragements pour entretenir la flamme de leurs espoirs.

Mes sincères félicitations et mes vœux les plus chaleureux pour la poursuite de votre travail d'écrivain »

Le lauréat du prix rénaudot, Alain Mabanckou, n’est pas resté indifférent, il a remercié le chef de l’état congolais, puis a témoigné comme d’habitude son attachement à ses racines congolaises quand bien même son éloignement du congo. Alain Mabanckou est là sur les pas de cette autre grande figure de la littérature congolaise Tchikaya U tam’si, qui répondant à ses paires voulant le voir rentrer au pays, leur a rétorqué ; « vous habitez au Congo, moi le Congo m’habite ».

Plusieurs grosses figures de la littérature francophone ont pris part à cette cérémonie, on peut citer la camerounaise Leonora Miano dont le dernier ouvrage vient d’être couronné par le prix Goncourt des lycéens, l’ écrivain togolais Samy Tchak, les français André Brincourt et Jean Marie Leclezio.

Notons que Le Centre Culturel français de Brazzaville, a salué ce couronnement par le biais d’un spectacle riche en couleur sur l’œuvre Verre Cassé adaptée au théâtre et jouée par la compagnie Théâtre de Poche de Bruxelles.

Et la télévision congolaise, par le biais de l’émission Cultura dont l’invité était le professeur écrivain André Patient BOKIBA, a salué ce couronnement.

Né en 1966 à Pointe noire, la capitale économique du Congo, Alain Mabanckou a obtenu entre autre, le grand prix littéraire d’Afrique Noire en 1996, le prix des cinq continents pour Verre Cassé en 2005.
Il enseigne actuellement la littérature africaine aux Etats-Unis d’Amérique.

Fresnel BONGOL TSIMBA
Correspondant Permanent de Basango.com au Congo.
Avec la collaboration de Ravy Darlan depuis Paris.

tsymbhatbongaul@yahoo.fr

Fresnel BONGOL TSIMBA/Ravy Darlan
Rédigé le Jeudi 30 Novembre 2006 à 00:00 | Lu 2190 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter