Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le Congo compte produire bientot 1,5 milliard de tonnes de fer

Le Congo envisage de produire ‘’bientôt’’ prés de d’un milliard et demi de tonnes de fer, grâce l’exploitation du gisement de fer de Mayoko (282 km de la ville de Dolisie, dans le département du Niari au sud Congo) dont les réserves sont estimées à cent ans, a appris APA, samedi de source officielle.


Une société autrichienne, dénommée DMC Iron Congo est chargée de l’exploitation de ce gisement dont les réserves étaient initialement prévues pour durer seulement cinq ans.
A l’étape actuelle, le gisement qui va générer plusieurs emplois, utilise de nos jours environ 40 personnes qui bénéficient également d’une formation pour assurer la qualité du rendement.
La société DMC Iron Congo s’attellera au même moment à créer des activités connexes en vue d’améliorer les conditions de vie dans la localité de Mayoko et ses environs.
Le projet de l’exploitation du fer de Mayoko est un vieux projet, qui a débuté en 1974 et 1975, avec les études menées par une société Roumaine :’’la Roumain ICES Geomin’’ et qui avait estimée à l’époque que la production de ce gisement devait produire près de 33 millions de tonnes de minerais de fer.
La Convention de partenariat entre la société Autrichienne DMC Iron Congo et le gouvernement congolais, a été paraphée le 7 juillet 2008, par le ministre congo­lais des mines et de lé géologie, Pierre Oba et le président de DMC Iron Congo, David Smith.


APA
Rédigé le Dimanche 5 Septembre 2010 à 15:28 | Lu 924 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter