Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Laëticia LETEMBET AMBILY

Une enfance en musique

Laëticia Letembet Ambily est la soprano congolaise, elle termine actuellement ses études d'ingénieur généraliste à l'institut UCAC-ICAM entre Pointe-Noire au Congo et Douala au Cameroun.


Hélène Ferrier et Brice Alaoui au violon, Laëticia Letembet Ambily la soprano congolaise © Wilfrid Massamba
Hélène Ferrier et Brice Alaoui au violon, Laëticia Letembet Ambily la soprano congolaise © Wilfrid Massamba
Née à Yaoundé, elle est la troisième d’une fratrie de cinq enfants où l’art et la culture ont une place privilégiée. Elle s’intéresse progressivement à la musique grâce à ses parents. Avec ses soeurs, elle fait les choeurs dans les chansons composées par son père ou imite innocemment sa mère, passionnée de chant. Elle suit également des cours de piano jusqu’à l’âge de dix ans, puis intègre la chorale du collège JEAN TABI où elle fait ses études secondaires pendant sept années.

En 2009, elle est fortement encouragée par Olivier ABANDA, Directeur fondateur de
l’Ecole internationale de musique OLIA-LIMA à participer à l’atelier de Chant Lyrique organisé par CANTATE GENTES au collège Vogt de Yaoundé. C’est alors pour Laëtitia un premier contact professionnel avec ce genre musical, autrefois mythifié et timidement essayé. Elle est encadrée par la soprano Julia GAUDIN et est désignée lauréate du concours organisé pour la fin de la formation, ayant alors interprété Voi che Sapete de W.A Mozart.
C’est ainsi que la passion du lyrique se confirme en elle. Les structures favorables au développement de ce talent n’étant pas directement dans son environnement, ce chapitre est alors fermé.

En 2010, Olivier ABANDA lui propose également de s’inscrire à l’atelier Chant des Aladji Touré Master Classes (ATMC). Elle obtient suite au concours marquant la fin de la formation, le prix de la Meilleure chanteuse nationale 2010, avec la chanson Hero de Mariah CAREY. En 2012 elle intègre comme chanteuse les Rolling Chicks à Pointe-Noire, un groupe de femmes interprétant du rock et du RNB.


LLA
Rédigé le Lundi 1 Juin 2015 à 08:46 | Lu 1200 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter