Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

La chanteuse Cesaria Evora est morte

La chanteuse Cesaria Evora, connue sous le nom de la "diva aux pieds nus", est morte, samedi 17 décembre, à l'âge de 70 ans. L'information, d'abord diffusée par des médias portugais, a été confirmée par le ministre capverdien de la culture, Mario Lucio Sousa.


La chanteuse Cesaria Evora est morte
La chanteuse, qui avait mis un terme à sa carrière en septembre en raisons de problèmes de santé, avait été admise à l'hôpital Baptista de Sousa, sur l'île de Sao Vicente, vendredi soir à cause d'une "insuffisance respiratoire" et une "tension cardiaque élevée", selon l'agence LUSA.

Le gouvernement du Cap Vert a décrété un deuil national de 48 heure pour rendre hommage à la chanteuse, dont le président de la République, Jorge Carlos Fonseca, a estimé qu'elle était "l'une des références majeures de la culture du Cap Vert". Le premier ministre José Maria Neves est allé plus loin, estimant que Cesaria Evora ne "mourra jamais parce qu'une icône et une star ne meurent jamais. Elle restera à jamais dans la mémoire du Cap Vert et de tous les Capverdiens".
"JE VEUX QUE VOUS DISIEZ À MES FANS : EXCUSEZ-MOI"

Depuis son explosion sur la scène française au début des années 1990 avec Sôdade et jusqu'à la fin de la décennie, Cesaria Evora a mené une carrière exemplaire, en tournée dans le monde entier. Elle chante avec Caetano Veloso, Marisa Monte, travaille pour Emir Kusturica, ou avec Linda Rondstadt.

En 2003, elle reçoit un Grammy Award américain et une Victoire de la musique française pour son album Voz d'Amor. En 2007, elle marque une pause à la suite d'un problème coronarien.Dans la même année, elle est reçoit la Légion d'Honneur de la part du président Jacques Chirac.

WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Mardi 20 Décembre 2011 à 15:53 | Lu 608 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter