Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

La Fondation Basango


La Fondation Basango
Le projet Basango a vu le jour en 2003 avec le lancement du site web Basango.info puis du « Basango Magazine » en 2009, une revue locale dont le but était d’ouvrir une fenêtre sur la diversité et la richesse culturelle du monde Afro et du Congo aux pontenégrins. L’idée de créer un tel magazine est née du
constat d’un manque de presse locale spécialisée traitant de l’actualité du pays, hors sujets politique et alliant qualité du fond et de la forme.

Le concept Basango a évolué depuis la création du magazine pour devenir « Basango Point Culturel », un espace chaleureux et cosmopolite situé en plein coeur de la ville, ou l’on se rend pour apprécier une exposition, partager un moment agréable autour d’un verre, écouter un concert ou encore y apprendre à
jouer d’un instrument.

En effet, Basango Point Culturel propose à ses visiteurs différents types d’activités culturelles à travers sa galerie d’art, sa scène musicale ainsi qu’une variété d’ateliers artistiques.

Depuis cinq ans, Basango Point Culturel s’est hissé au rang d’acteur majeur de la vie culturelle pontenégrine, tout en se développant en véritable fondation, à savoir une structure géré professionnellement et viable économiquement. Basango a gagné en visibilité sur le marché et attire une clientèle chaque jour plus nombreux. Son ambition aujourd’hui ? Accompagner un plus grand nombre de pontenégrins dans la découverte de leur culture et la démocratiser pour le plus grand nombre. Par conséquent, l’objectif majeur des fondateurs de Basango est de pérenniser le bon fonctionnement du lieu, à travers des investissements indispensables pour appuyer le développement d’activités.

Adriana Massamba
Rédigé le Mardi 8 Octobre 2013 à 13:38 | Lu 649 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 11 Avril 2014 - 16:19 HIGHLIGHTS

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter