Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

La Chine et l'UA veulent lancer un projet pharaonique destiné à relier les capitales africaines


La Chine et l'UA veulent lancer un projet pharaonique destiné à relier les capitales africaines
L'Union africaine (UA) et la Chine ont signé, le 27 janvier à Addis Abeba, un mémorandum d’entente portant sur un projet d'infrastructures pharaonique destiné à relier les capitales africaines par des routes, des trains à grande vitesse et des dessertes aériennes.
La présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, et le vice-ministre des Affaires étrangères chinois, Zhang Ming, ont paraphé ce mémorandum d’entente qui comporte aussi un volet portant sur l’industrialisation du continent.

«Il s’agit du plus important document jamais signé par l'Union africaine avec un partenaire», a déclaré Mme Dlamini-Zuma, à l'issue de la cérémonie tenue quelques jours avant le 24ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de UA) qui s’ouvrira le vendredi 30 janvier. «C’est l’accord du siècle», a lancé, de son côté, Zhang Ming.

«L’Afrique est un vaste continent où il faudrait que les gens voyagent sans être obligés de transiter par Paris», a ajouté le vice-ministre des Affaires étrangères chinois, Zhang Ming.
Le projet se situe dans le cadre de la réalisation de «l'agenda 2063» établi par l’UA et qui vise à faire bâtir une Afrique intégrée et prospère à cette date. Aucun détail n’a, cependant, filtré sur les infrastructures qui devraient être construites et sur le financement du projet.

Lors d’une tournée en Afrique effectuée en mai 2014, le Premier ministre chinois Li Keqiang avait affirmé qu’il «rêve de voir toutes les capitales africaines interconnectées grâce à des trains à grande vitesse afin de renforcer l’intégration régionale et le développement». Le dirigeant chinois avait alors précisé que son pays qui dispose des technologies dans ce domaine est «prêt à coopérer avec l'Afrique pour transformer ce rêve en réalité».

Source Agence Ecofin

Agence Ecofin
Rédigé le Mercredi 4 Février 2015 à 11:42 | Lu 2774 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter