Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

LYCÉE VICTOR AUGAGNEUR

Un projet de classes renforcées

Parce que l’éducation constitue l’un des axes majeurs de la politique de Développement Durable de Total E&P Congo, un projet inédit de classes renforcées a été mis en place avec le lycée Victor Augagneur de Pointe-Noire.


LYCÉE VICTOR AUGAGNEUR
C’est une rentrée scolaire un peu atypique qui s’est déroulée cette année pour l’établissement Victor Augagneur. En effet, dès le 2 septembre, le lycée a ouvert ses portes à 60 élèves de seconde. Ces lycéens, ayant repris le chemin de l’école plus tôt que les autres, font partie du programme de classes renforcées initié par Total E&P Congo en collaboration avec la Direction Départementale de l’Enseignement Primaire et Secondaire.

Pour constituer ces deux premières classes renforcées, les élèves ont été sélectionnés sur concours. Tous viennent de collèges de Pointe-Noire et des environs. Dans un premier temps, deux classes de seconde renforcées ont été créées mais à terme le concept s’étendra jusqu’à la terminale.

Un rythme scolaire conséquent

« L’enjeu consiste à rendre possible la réussite de ces élèves aux deux bacs scientifiques - série C pour le bac Congolais et série S pour le bac français - afin qu’ils puissent suivre des études supérieures sans trop de difficultés », explique Margerie CHAUFFETON, en charge du projet pour Total E&P Congo.

En plus de se baser sur le calendrier scolaire français, l’emploi du temps de ces lycéens est bien chargé ! Près de 37 heures de cours par semaine avec des heures supplémentaires en mathématiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la terre (SVT) ou bien encore des travaux pratiques en laboratoire.
«Nous avons la chance d’être bien encadrés et d’étudier dans de bonnes conditions. Les professeurs restent à notre écoute et nous expliquent très bien les cours. Il faut toutefois avouer que le rythme est plus soutenu et nos week-ends se retrouvent donc bien saturés entre les travaux à rendre et les devoirs sur table le samedi matin ! », s’accordent à dire Géniate Atobélie MOUTOU et Gilphy Bonapart ANGA FOFO, tous deux élèves de seconde renforcée.

De plus, pour accompagner et aider les neuf professeurs à s’adapter à ces nouvelles conditions d’enseignement, des formations sont régulièrement organisées par la filiale et l’Inspection Académique Congolaise, la première a eu lieu avant la rentrée scolaire et la seconde fin octobre.
Quelques mois après la rentrée, le bilan est plutôt positif pour le proviseur Jean-Baptiste SITOU :
« Nous avons pu déterminer les niveaux des élèves et apporter un soutien spécifique en sciences ou en langue française pour ceux qui en avaient besoin. N’oublions pas qu’il s’agit avant tout d’un pilote, certains points restent à améliorer, les choses vont progressivement se mettre en place. »

Unique au Congo, ce projet est une chance pour ces jeunes et pour le pays, comme le conclut Margerie CHAUFFETON : « Grâce à ce programme, nous formons les futurs acteurs de demain. Nous espérons qu’il apportera une dynamique nouvelle dans le domaine de l’éducation à Pointe-Noire et pour le reste du pays. »

« Classes Renforcées » au lycée Victor Augagneur
Contribution de Total E&P Congo
- Alimentation électrique et en eau potable du lycée
- Encadrement sportif et culturel
- Equipement d’une bibliothèque et d’une salle informatique
- Equipement de laboratoires pour les travaux pratiques
- Prêt de 550 livres scolaires pour l’année 2009-2010


Aurélia Letelier
Rédigé le Dimanche 2 Mai 2010 à 18:37 | Lu 4237 fois | 1 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mardi 10 Septembre 2019 - 01:17 Jhonny Hendrix Hinestroza

Jeudi 27 Juin 2019 - 19:50 Jeison Riascos "El Murcy"

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter