Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

LES CONTES CELEBRES AU CONGO

Telle est la conclusion qu’on peut tirer de la 3è édition du festival Rencontres Itinérants des Arts de la Parole et du Langage (RIAPL).
En effet du 03 au 15 Avril 2007, Brazzaville a vibré sous le son des contes avec plusieurs conteurs de renom venus de plusieurs pays. Dont Gervais LAKOSSO de la RCA, Christiane LIBINA du Gabon, Maryannick PONCELET (France/ la Réunion), Renée ROBITAILLE du Quebec, Cie Doudou Nzio de la RDC, Nestor MABIALA du Congo, Abdon Fortuné KOUMBHA Kaf du Congo, Dorient Kaly du Congo, et bien d’autres


LES CONTES CELEBRES AU CONGO
Espace Marico, Espace Tine, Centre culturel Français, Centre Culturel Sony LABOU TANSI, tels sont quelques sites qui ont servis de cadre pour les manifestations avec une assistance cosmopolite et enthousiaste.
Face à l’engouement du public, Abdon Fortune Koumbha directeur artistique du festival pense que c’est une preuve irréfutable que le conte a encore un bel avenir en ces temps modernes. Et avec les RIAPL, poursuit-il nous relèverons le défi.

Oui, le RIAPL se veut être un meeting pot des cultures. Cette hétérogénéité a eu sa réponse avec des contes divers qui ont tenus le public en haleine. Contes teintés d’émotions et de suspense, mais qui permettent parfois au public de faire sa propre analyse.

D’autres contes ont permis au public de déceler certains secrets et forces de la nature. Tel est le cas de Dorient KALY, qui après avoir conté une histoire fabuleuse, a amené le public à comprendre que l’arbre dont il était question dans son conte n’est autre qu’un arbre mythique connu en munukutuba sous le nom de kilembanzahou. Le kilembanzahou est le symbole de la force. Ainsi un homme à la sève de kilembanzaou est sensé être tenace, intrépide et imperturbable.

Pour Maryannick PONCELET le conte c’est la vie, c’est un moment de partage, un moment d’amour avec le public. Avec le conte, ajoute t-elle on apprend à aimer l’autre. Sa vie sans le conte n’a pas de sens. Cet amour pour le conte s’est fait sentir sur scène même si elle n’aime pas ce concept. Ses contes ont émus plus d’un.

La Place du conte dans les sociétés actuelles

C’est l’un des thèmes abordés au cours de ce festival, un thème qui a suscité tant d’intérêt.
Pour Renée Robitaille « Malgré l’envahissement des medias, des ordinateurs, le conte a encore sa place du moment où il permet de perpétuer ce qui est profond en nous, il permet de faire un retour à nos sources »

Pour Christiane LIBINA le conte a une place de choix actuellement du moment où il lui permet de « conserver notre patrimoine, de partager aux autres nos profondeurs »
A ce propos, Christiane a bien livré aux autres ses profondeurs tirés de son environ kwelé du Gabon.

Brice DALLA étudiant en Droit amoureux du conte pense que le festival RIAPL c’est vraiment le forum qu’il faut pour montrer ce que nous avons de plus précieux en nous. « J’ai bien aimé tous les contes. François Bamba, Sylvain RIVIERE, Nadine Walsh et les autres m’ont appris beaucoup de choses »

Un autre temps fort de ce festival c’est l’excursion contée à Ntoula.
Au cours de cette excursion les conteurs ont passé la nuit à conter avec la communauté.
Renée Robitaille n’a pas caché ses émotions en disant : « c’est un moment très fabuleux qui m’a permis d’être en contact avec la communauté. Pour moi qui vient pour la première fois en Afrique, c’est très génial (,,,) et de passer pour la première fois nuit à la belle étoile »

Le festival RIAPL a vécu, mais sa saveur reste encore dans nos gorges comme la douceur du miel.
Le groupe Lang’i qui a animé la clôture du festival l’a bien révélée.

Certes la société évolue, mais le conte résiste et résistera toujours à l’usure du temps. Comme l’a dit Abdon Fortune KOUMBHA : « s’il est bien d’aller de l’avant, il n’est pas mal de jeter de temps en temps un regard dans son passé »


Fresnel BONGOL TSIMBA
Correspondant permanent de Basango.com au CONGO

De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Jeudi 19 Avril 2007 à 14:11 | Lu 3186 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter