Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

LES CALEBASSES BRISÉES

Nicole Mballa Mikolo

Le tout premier roman de Nicole Mballa Mikolo, les calebasses brisées c’est l'image de la société congolaise dépeinte par Ngawali, ton personnage principal et aussi par d’autres femmes du roman. Quelle est la croisée de chemins entre les sociétés congolaises d’où sort Ngawali, camerounaise d’où tu sors et le reste d’Afrique ?.


Nicole Mballa Mikolo © DR
Nicole Mballa Mikolo © DR
« Les calebasses brisées », ouvrage de 150 pages, aborde à travers ses trois héroînes différents thèmes, entre autres, la polygamie, les enfants de la rue, la spoliation des veuves, la violence conjugale, la différence entre les femmes et les hommes aisi que la dot . En un mot, il y a dans ce roman un peu de tout ce qui intéresse la société.
« Ce sont des problèmes non pas de nationalité. Ils sont inhérents à toute l’Afrique. À travers " les calebasses brisées", j’ai juste voulu faire passer un petit message. Dire aux femmes que tout peut passer par elles » a souligné Nicole Mballa-Mikolo.


L’auteur des calebasses brisées fait siennes les combats à la cause féminine. Nous avons des problèmes et devons profiter de cette journée internationale de la femme pour réfléchir sur le bien-être de nos semblables et prendre les résolutions qui s’imposent. C’est une journée qui devrait être le symbole des efforts accomplis par les femmes pour améliorer les conditions de vie de celles qui subissent encore des injustices sociales de toutes sortes. Les femmes doivent faire preuve de plus de solidarité en vue d’exercer des actions communes et concertées. Un petit garçon n’a jamais été excisé, ne se marie jamais de force à l’âge de 13 ans. Un veuf n’est pas spolié, un homme ne meurt pas en couches par conséquent le bonheur de la femme ne viendra pas de l’homme. Les femmes ont besoin de justice sociale.

Cet ouvrage est le symbole d’un monde qui meurt, de l’anéantissement. Les romancières des deux décennies passées ont revendiqué le respect des droits fondamentaux de la femme. Celles des années 2000 continuent le combat d’où le caractère sociologique de leurs ouvrages. Les thèmes centraux abordés dans les calebasses brisées sont les relations hommes-femmes dans une société dominée par les hommes, la survie des systèmes traditionnels et leurs effets sur la famille africaine contemporaine.
L’acte d’écrire est pour l’auteur une thérapie et elle y retrouve un côté fascinant et créatif. « Lorsque je suis arrivée au Japon, j'avais connu de grands moments de dépaysement et de solitude, l’écriture m’a tenue compagnie. C’est à cette époque que j’ai commencé à écrire des nouvelles pour le magazine Amina. Ecrire c’est parler à autre. C’est lui dire, lui raconter ce que l’on ressent, ce qu’on aimerait voir changer. C’est une thérapie. Le plus fascinant dans l’écriture est le côté créatif. On crée des personnages et un monde issus de notre imaginaire. L’écriture est une solution à nos problèmes ».

Nicole Mballa-Mikolo est journaliste. Elle vit à Pointe-Noire où elle a travaillé à SDV, Delmas et aux Cabinets dentaires SEMINET comme chargée de l’administration . Depuis 1995, elle collabore au magazine panafricain AMINA. Elle est auteur de plusieurs nouvelles et haikus. Elle a publié en janvier 2016 un roman « Les calebasses brisées » au travers duquel elle fait siens les combats de la cause féminine. Selon elle, les femmes ont plus que besoin de justice sociale. C’est un roman qui démontre comment (parents, société, religion…) formate les femmes dans leur infériorité par rapport aux hommes. Un roman à lire tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’un texte militant : le credo d’une femme engagée pour la reconnaissance des droits de la femme. Née en Allemagne de parents camerounais, Nicole Mballa-Mikolo a fait ses études en Centrafrique, au Congo-Brazzaville, en France et au Japon. Ce qui peut expliquer ses positions féministes.

Source les Dépêches de Brazzaville


Par Hermione Désirée Ngoma / Nicole Mikolo
Rédigé le Jeudi 28 Juillet 2016 à 23:31 | Lu 961 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 1 Février 2019 - 15:55 Wilson Borja

Mercredi 12 Juillet 2017 - 04:51 SHOLA ADISA-FARRAR

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter