Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

LE FESTIVAL MANTSINA SUR SCENE A VECU

Du 24 novembre au 30 novembre 2007 les brazzavillois ont vibré sous le festival mantsina sur scène.
Placé sous un thème révélateur à savoir le devoir de construire, le festival mantsina sur scène a été une véritable occasion pour les amoureux de la culture de se réconcilier avec l’Afrique profonde à travers une palette d’artistes venue de tous les horizons et avec plusieurs couleurs et sons.


En effet selon Dieudonné NIANGOUNA directeur artistique du dit festival. « Cette rencontre se veut une plate-forme de la création contemporaine. Nous nous attachons à renouveler chaque édition par un thème qui traduit l'esprit de l'édition par la mise en place d'un certain nombre de programmes »

Effectivement mantsina sur sène a rendu hommage à quelques grandes figures de la littérature congolaise à l’instar de Thickaya Utam’si par le biais du légendaire metteur en scène congolais Matondo Kubu ture qui a émus le public en revisitant son hermétique poésie.

Un hommage a été aussi rendu à jean jules nkounkou metteur en sène congolais par le biais de ses quelques textes comme Le Tribunal du fou et Les Démoncrates.

Plusieurs auteurs africains ont été aussi valorisés à l’instar de Maryse Condé par le biais de la mort d’oluweni d’adjumako mise en scène par Toto kissaku de la compagnie k-Mu de la RDC.

Autres temps fort de ce festival, c ‘est la mise en résidence de cinq artistes d’origines différentes dans les différents quartiers de Brazzaville avec pour but principal d’approcher le public.

Un nombre impressionnant d’artistes ont pris part à ce festival : Patrick Guffet, directeur du théâtre Paris Villette, Marie Aliest, directrice du Festival international des francophonies du Limousin Valery Barron, directrice du tarmac de la Villette qui ont animés plusieurs conférences culturelles.

Pour Adolphine Milandou ce festival a été une grande école, car chaque festival est unique en son genre. Sonia Ristic serbo croate qui a animé un atelier de théâtre au centre culturel français de Brazzaville a dit à la presse « nous sommes là pour travailler la matière pour chercher ensemble pour encadrer, rechercher la bonne matière de faire du théâtre essayer d’apprendre les uns auprès des autres » et comme souhait, Sonia Ristic argue je cite « que cet atelier fasse comprendre les choses, qu’il présente toutes les possibilités qu’offre le théâtre et qu’il permette d’enrichir notre travail de comédien »


De Genséric Fresnel BONGOL TSIMBA
Correspondant permanent de basango. Com. au Congo
Avec la collaboration de Claude Renaud NZIENGUI


De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Jeudi 6 Décembre 2007 à 10:47 | Lu 2486 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter