Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

LE CONGO

LES GORGES DE DIOSSO

Si vous êtes un amoureux de la nature, voici de quoi faire fondre votre cœur.
Un endroit où les trois éléments (le vent, l’eau et la terre) se sont accordés pour donner naissance à l’un des plus beaux sites touristiques du monde… Non, nous n’exagérons pas !


Les Gorges de Diosso © Wilfrid Massamba
Les Gorges de Diosso © Wilfrid Massamba
Situées à 35 kilomètres de la ville de Pointe-Noire, dans le département du Kouilou, au Sud-ouest de la République du Congo, les ‘’Gorges de Diosso’’, quelques fois comparées à celles du ‘’Grand Canyon’’ aux États-Unis d’Amérique, s’inscrivent aisément dans la liste des sites touristiques les plus visités au Congo.
Étant la résultante spectaculaire de l’érosion des pluies dans la latérite du plateau, ces gorges sont constituées de grandes falaises de roches ocre et d’une vallée dotée d’une forêt équatoriale des plus denses.
Pourvu de cirques dont certains ressemblent à de petites vallées au sable très perméable, les Gorges de Diosso laissent apparaître des roches roses et ocres qui lui donnent un aspect plus ou moins spécial que l’on peut admirer de très près (à l’œil et au toucher), car une descente, bien que difficile pour les non habitués, est possible à pied avec l’aide des jeunes gens du village qui porte le même nom, qui s’improvisent guides touristiques moyennant quelques pièces de monnaie. Sinon, on peut parcourir les gorges du haut de la falaise qui les borde, et ainsi admirer l’immensité de ce patrimoine voisin du grand Atlantique (océan) qui, de ces hauteurs, nous dévoile son gigantisme.

Les Gorges de Diosso c’est aussi, pour certains spirituels, gnostiques ou occultistes un véritable patrimoine ‘’magico-religieux’’.
Selon des croyances du terroir ‘’Vili’’ (ethnie du département du Kouilou dans ce Sud-ouest du Congo), les Gorges de Diosso abriteraient des génies bienfaisants, mais aussi malfaisants qui agissent sur le devenir et la protection de leur peuple. D’ailleurs, pour accéder aux gorges, les villageois de Diosso demandent aux touristes de faire des offrandes de bananes, de vin de palme et d’autres choses aux génies.
Une phrase en langue vili riche de sens dit : « Celui qui descend dans les Gorges de Diosso, remonte avec la fièvre ».
Est-ce à cause des piqûres de moustiques ou pour avoir violé le territoire des génies, ou encore est-ce tout simplement une fièvre d’amour à l’égard de cette beauté naturelle ?
Une fois sur les lieux, ce qui est sûr, c’est que vous n’attraperez jamais la fièvre de l’indifférence.

Michel AGATHON
Rédigé le Jeudi 29 Août 2013 à 19:02 | Lu 1268 fois | 2 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 9 Mars 2015 - 07:02 Aké Béda

Mercredi 4 Février 2015 - 14:33 Nappy, ce mouvement conquérant de la planète afro

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter