Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’iPad devient un outil professionnel courant en Afrique


L’iPad devient un outil professionnel courant en Afrique
Selon une étude du cabinet IDG consacrée à l’usage de l’iPad, menée auprès de décideurs et de managers IT des cinq continents, 47% des cadres africains possédant un iPad l’ont reçu de leur entreprise, alors que le pourcentage mondial est seulement de 24%.

Les Africains en possession d’un iPad sont 83% à l’utiliser professionnellement et seulement 13% à le concevoir comme un loisir. Alors que sur l’ensemble du monde, seuls 51% des iPad sont utilisés pour le travail.

Enfin 47% des utilisateurs africains d’iPad se connectent en 3G contre 44% en moyenne mondiale.

Ainsi les entreprises africaines considèrent davantage l’iPad comme un substitut mobile et bon marché du PC fixe ou même de l’ordinateur portable. La tendance devrait encore s’accentuer avec le développement en cours de la 3G et de la fibre optique en Afrique.

Une fois de plus l’Afrique se saisit des nouveautés technologiques pour combler son déficit en équipements et en infrastructures et contribue ainsi à l’innovation dans l’usage des TIC.

Agence Ecofin
Rédigé le Mardi 24 Janvier 2012 à 17:57 | Lu 541 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter