Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L'humanité entière ne possède qu'un seul patrimoine génétique

Celui des Nègres !

Neandertal ou homme moderne : chacun pour soi . Selon de nouvelles études sur des fossiles, l'homme de Neandertal n'a pas contribué au patrimoine génétique de l'homme moderne.


L'homme de Neandertal et l'homme moderne (Cro-Magnon en Europe) ont cohabité. Mais se sont-ils fréquentés ? Des croisements génétiques entre les deux espèces sont très peu probables, affirme une nouvelle étude conduite par Svante Pääbo, du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, en Allemagne. Dans la controverse sur l'origine de l'homme moderne, ses conclusions rejoignent celles de plusieurs équipes internationales.

Avant sa disparition soudaine il y a environ 30 000 ans, le peuple de Neandertal a cohabité en Europe avec les premiers hommes modernes. Les thèses scientifiques s'affrontent pour savoir si oui ou non des croisements se sont produits entre les espèces et si l'homme actuel est un descendant de Neandertal. Aujourd'hui, c'est la génétique qui essaye de trancher. Les chercheurs s'intéressent aux séquences génétiques de ces populations et les comparent.

L'équipe allemande a analysé l'ADN mitochondrial de plus de 60 fossiles de Néandertaliens et de premiers hommes modernes localisés en Europe. L'ADN mitochondrial (ADNmt), qui n'est transmis que par la mère, est un outil bien pratique pour retracer l'ancêtre unique car il possède des séquences caractéristiques à chaque espèce. Il permet de remonter la lignée maternelle et il résiste mieux aux dégradations que l'ADN du noyau.

Les scientifiques se sont assurés de la présence d'ADN endogène sur 4 fossiles néandertaliens et 5 fossiles de premiers hommes modernes. Si l'ADNmt de Neandertal s'est bien retrouvé sur tous les fossiles de sa population, il n'apparaît sur aucun échantillon d'homme moderne. En cas d'échanges génétiques entre les espèces, Neandertal aurait dû laisser des traces soutiennent les chercheurs, dont l'étude paraît dans le numéro de mars de la revue Plos Biology.

Jusqu'à nouvel ordre, nous n'avons donc pas de sang néandertalien dans nos veines.
Toute l'humanité ne possède donc que les gènes des Africains, dits Homo Sapiens Sapiens Africanus apparu vers 160 000 avant J. C. dans la région de l'Ethiopie.

La lutte contre l'ignorance des hommes est facteur de paix mondiale !

Allemagne - 18/03/2004 - Cyberscience.com
Rédigé le Mardi 8 Juin 2004 à 00:00 | Lu 2074 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:19 Honor Toudissa

Mercredi 28 Novembre 2018 - 02:20 À Lagos, les mille et une tenues de l'homme

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter