Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’exécution de Ouandié

SUR LA PLACE BAFOUSSAN

Le 15 janvier 1971, Ernest Ouandié, patriote camerounais, président de l’UPC, est exécuté par le pouvoir en place.


L’exécution de Ouandié
Yaoudé, place central de Bafoussan.
Le dos tourné vers le soleil, un peloton de l’armée camerounaise est aligné.
Menottes aux mains, Oundié est poussé vers le poteau d’exécution. Son visage porte des scarifications des interrogations, des coups, de la fatigue.
Dans ses yeux qui font face au soleil brille encore un éclat de vie.
Sur la place centrale de Bafoussan, on va fusiller.
Fusiller un homme, fusiller Ernest Ouandié.
Mais pourquoi ne s’enfuit-il pas ?
Ah ! Il ne peut courir, il est attaché.
Les soldats pointent leurs fusils. Peut être qu’ils ne sont pas chargés ?
Si, du plomb sauvage.
Peut-être qu’ils ne vont pas tirer ?
Si, ils ont tiré.
Ouandié est tombé face contre terre du Cameroun. Comme pour l’embrasser une dernière fois.
Avant de tomber il a eu la force de crier : “ Vive le Cameroun.”

D.G
Rédigé le Mardi 13 Janvier 2004 à 00:00 | Lu 2422 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par prince panya le 04/08/2008 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hé! Bfoussam est une ville. C'est la ville capitale de la province d'origine de ouandié. Ils ont choisi de le tuer là pour marquer les esprits des frères au cas où...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter