Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’enseignement de l’histoire des afroéquatoriens

Équateur

Des recherches sont actuellement en cours pour élaborer une publication plus en profondeur sur les Afroéquatoriens.


PHOTO: PAÚL NAVARRETE / El Telégrafo
PHOTO: PAÚL NAVARRETE / El Telégrafo
L’une des faiblesses de l’enseignement de l’histoire du peuple afroéquatorien dans le pays repose sur l’inexistence d’un texte qui contient sa genèse.

Mais suite au Premier Atelier d’Ethno Éducation organisé à Ibarra par l’historien afroéquatorien Juan García en 1999, allait se former la Commission d’Ethno Éducation de la Feconic (Fédération des Communautés et Organisations Noires d’Imbabura et de Carchi) qui élabore le premier texte de l’histoire des noirs pour les secondaire.

Le document, portant le nom de Nuestra Historia (Notre Histoire) a été écrit pour les élèves de dixième année de l’éducation de base, mais par la suite il a été proposé qu’il soit utilisé pour les élèves du cycle diversifié. Son utilisation reste cependant possible pour plusieurs niveaux. Même les organisations sociales afroéquatoriennes s’en servent d’ailleurs.

On a commencé à y travailler en 2003 et il a été publié 2005”, explique Iván Pabón, président de la Commission d’Ethno Éducation de la Fenocic.

Le livre est réparti en 3 modules. Le premier aborde les thèmes comme l’origine de l’homme, il étudie le continent africain, ses leaders, ses ressources naturelles et l’histoire de certains noms de famille ‘afro’ dans le pays.

Le deuxième module traite de la diaspora des africains dans le monde, de leur esclavage et de leur arrivée en Équateur.

Enfin, le troisième évoque les thématiques de la négation de son histoire, de la construction de son passé et de la dette du monde envers les afrodescendants.
Les recherches se poursuivent actuellement pour élaborer une publication plus en profondeur relative aux afroéquatoriens.

La Fondation de Développement Social et Culturel Afroéquatorienne “Azúcar” est l’une des institutions les plus anciennes du pays travaillant sur l’Ethno Éducation.

L’Organisation Non Gouvernementale qui fêtera ses 15 ans d’existence réalise dans la capitale, des ateliers qui s’adressent aux enfants et aux jeunes, dans lesquels on parle de l’histoire des peuples Noirs, de la construction de la citoyenneté et d e leur culture.

Sa directrice Sonia Viveros, indique que dans la zone urbaine, comme à Quito, ils essayent de renforcer la thématique en travaillant avec les enfants et les jeunes dans la construction d’espaces partagés dans lesquels l’on respecte les différences ethniques.

Le projet d’Ethno Éducation est une initiative des communautés ‘afro’ visant à enseigner aux gens à notre sujet, aux gens de chez nous et aux étrangers. C’est-à-dire qu’il vise les noirs et ceux qui ne le sont pas”, soutient-elle.

Selon elle, l’Ethno Éducation dans les établissements d’éducation doit être travaillée comme un axe transversal dans lequel on intègre les matières traditionnelles aux croyances des Afroéquatoriens.
Toujours selon elle, cette philosophie est un processus de rattrapage, de valorisation, de génération et d’appropriation.

L’enseignement de l’Éducation Ethnique doit se faire dans les deux sens. Dans la classe, mais en commençant par les enseignants. Et il faut que cela se passe également dans la famille, dans le public et dans le privé. C’est seulement en connaissant l’autre que nous identifions ses différences et que nous l’acceptons”, dit-elle.

Elle ajoute que l’incorporation du bagage culturel des ‘afro’ aide à rendre le pays divers, mais dans l’unité.


Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga
Jimmy Tapia
jtapia@telegrafo.com.ec
Reporter - Guayaquil

Guy Mbarga
Rédigé le Jeudi 9 Octobre 2008 à 04:21 | Lu 879 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 5 Juin 2009 - 16:33 CHILI

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube