Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L'assassinat de Guevara

CITOYEN DU MONDE

D'origine argentine, Ernesto Che Guevara fut l'un des dirigeants de la révolution cubaine; en 1965, il quitte Cuba pour aller soutenir la guérilla lumumbiste au Congo; revenu en amérique pour organiser la guérilla en Bolivie, il est assassiné le 9 octobre 1967.


Che Guevara
Che Guevara
D'un souffle de fumée ironique de son cigare aspiré, il efface toutes les consignes de la poésie engagée. Ce sont des hommes engagées qu'il veut, des guerriers silencieux. On raconte que lorsqu'il descendit de la Sierra pour chercher vivres et munitions, un chef d'usine lui offrit son confortable lit." je ne peux dormir sur un matelas quand mes soldats claquent des dents là haut." Il divisait ainsi les hommes: ceux qui peuvent dormirent sur un lit alors que d'autres souffrent et ceux qui ne peuvent pas le faire. Il ne savait que cela.
L'Amérique dépossédée rit de toutes ses dents.
De joie.
L'Amérique dépossédée, des bidonvilles, des campagnes, des ghettos pleure.
De douleur, de rage.
Che Guevara a été abattu dans la montagne bolivienne. Il était Argentin et Cubain à la fois.
Africain aussi. Citoyen du monde tout simplement. Il n'est pas une révolte, une lutte pour la liberté pour laquelle il n'aurait donné son corps et son sang.
Il ne pouvait tolérer qu'un homme vole à un autre homme sa vie.

David Gakunzi
Rédigé le Lundi 3 Octobre 2005 à 00:00 | Lu 2415 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par Ganou le 11/10/2007 00:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi je veux bien voir si il a vraiment dormi sur la pierre froide dans un courrant d'air...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter