Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’amour étonne !

David Noloupar

« L’AMOUR ETONNE ! », de David Noloupar, est un roman qui promène son lecteur entre Yaoundé et le village forestier de Biako, sur fonds de perturbations économiques et sociales, de prostitution et de découragement, de jovialité et de volonté de vivre. L’auteur nous décrit également des scènes de la vie courante dans les quartiers les plus démunis comme dans les autres.


David Noloupar
David Noloupar
L’amour étonne, l’auteur aussi, qui fait preuve d’une grande finesse dans les dédales de l’amour réciproque désintéressé. Ce roman a des accents de vérité dans l’idéalisme, et les messages y sont variés. Beaucoup de jeunes filles, cédant au mythe de l’Occident, si elles en avaient le choix, donneraient plus d’importance à un départ possible vers l’Europe qu’à un amour conjugal sincère… Quel sera le choix de Blondine, l’héroïne du roman ?

C’est un hymne à l’amour, mais aussi à l’espoir et à la volonté de réussir. Pouvoir enfin lire un roman qui ne soit pas désespérément sombre est un bonheur ! Remercions l’auteur de nous l’offrir.

L'auteur, pourvu d’une maîtrise en Lettres Modernes, a gagné divers prix littéraires, dont un en poésie, dans le cadre du Bleuet International 2006. Il s’agit ici de son premier roman publié aux Éditions Cultures Croisées. Ce texte respire le plaisir d’écrire et l’utilisation raffinée de la langue française comme outil d’expression



ISBN : 2-913059-27-9

code-barres :
9782913059276

293 pages

Prix : 19 euros
Port : 3 euros


Cultures Croisees

Anne-Marie Kibongui
Rédigé le Jeudi 15 Mars 2007 à 20:37 | Lu 1564 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter