Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L'Équipe


Wilfrid et Adriana
Wilfrid et Adriana
Wilfrid Massamba Directeur artistique du festival, Co-fondateur de la Fondation Basango à Pointe-Noire, Congo. Cinéaste, producteur. En 2003, il réalise le documentaire «Brève rencontre à Brazza» qui a été sélectionné au festival de Montecatini-Terme. Il a travaillé comme réalisateur monteur sur différent projets en Colombie, au Kosovo, en Suisse, en Jordanie et au Mexique, notamment pour le CICR à Panama
dans la région du Darién et l’AFP (Agence France Presse) au Mexique. Il a reçu le troisième prix des Nations Unis pour les Droits de l’Homme en 2008 «1 Minuto de No Silencio Por...» Réalisateur du court métrage de fiction «¡Recibí Flores Hoy!» qui a été présenté au Festival de Cannes en 2009 dans la section short film
corner. Passionné par son pays, l’art et la culture, Wilfrid se décide alors à lancer un projet de site d’informations culturelles puis d’un magazine culturel. Il réussit à diversifier avec succès ses activités en créant quelques années plus tard avec l’aide de son associée Basango Point Culturel. En 2013 ils reçoivent
le prix «Les Sanzas de M’foa» pour la promotion de la culture au Congo.

Adriana Massamba, Présidente de la Fondation Basango s’est constamment impliquée pour faire de cette aventure un succès. D’origine Colombienne, Adriana a longtemps exercé dans l’humanitaire. Ces multiples missions l’ont amené à parcourir de nombreux pays, en Afrique, en Amérique latine et en Europe Centrale. Grâce à ses nombreux voyages, Adriana a enrichi le concept Basango en y apportant un nouveau regard et
de nouvelles thématiques aux activités proposées par le Point Culturel, tels que le développement d’ateliers artistiques, la découverte de la littérature africaine, ou encore la création de la Fondation Basango.
La complicité de ces deux associés est sans conteste l’une des clés du succès de Basango. Elle a permis de développer une offre d’activités éclectique, ouverte sur le Congo et sur le reste du monde.

WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Mardi 8 Octobre 2013 à 13:32 | Lu 573 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 11 Avril 2014 - 16:19 HIGHLIGHTS

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter