Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’Afrique mutilée

Aminata Dramane Traoré, Nathalie M’Dela-Mounier

Nous, femmes africaines, ne sommes audibles que lorsque nos voix confortent le discours misérabiliste et condescendant sur notre situation, souvent réduite à celle de femmes « pauvres, mutilées et enceintes ».


L’Afrique mutilée
L’Afrique mutilée
En écho au travail réalisé par le Centre Amadou Hampâté BA (CAHBA), à Bamako, les éditions Taama présentent L’Afrique mutilée. Ce texte poético-politique, co-écrit par les deux auteures, porte un regard féminin acéré sur les politiques néolibérales mutilantes. Divisé en quatre parties, il s’interroge sur l’excision économique silencieuse et mortelle, le caractère civilisationnel de l’éducation, les dessous d’une démocratie de façade qui vient de s’écrouler, avant de mettre en évidence un besoin d’éthique en politique qui pourrait s’enraciner dans des valeurs africaines plutôt féminines. Amplifiant les voix trop souvent inaudibles des femmes, il propose un horizon pour l’avenir. Et ceci malgré les heures difficiles que connait le Mali, cas d’école plus que paradigme perdu.

Nous, femmes africaines, ne sommes audibles que lorsque nos voix confortent le discours misérabiliste et condescendant sur notre situation, souvent réduite à celle de femmes « pauvres, mutilées et enceintes ».
Les politiques néolibérales qui saignent notre continent à blanc avec la complicité de dirigeants
« démocratiquement élus » mais corruptibles et corrompus sont, elles aussi, mutilantes. En d’autres termes, une excision peut en cacher une autre. Cette réalité doit se savoir, être dite et inscrite au coeur du débat politique pour la seconde libération de l’Afrique et plus particulièrement du Mali.

taamaeditions@gmail.com
http://www.foram-forum-mali.org

Nathalie M’Dela-Mounier
Rédigé le Vendredi 8 Juin 2012 à 12:27 | Lu 861 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter