Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L'Afrique est au commencement du jazz


Au risque de s’en mêler les crayons sur un sujet aussi vaste et sur lequel beaucoup de gens parmi d’éminents chercheurs et écrivains ont écrit, il nous faudra vraiment faire court. Car après tant d’années, près de 80 ans d’existence et avec des milliers de chansons enregistrées sur divers supports, audio, vidéo et électroniques, la musique congolaise finit par avoir sa propre identité qu’on appelle la rumba congolaise.
Cependant, au regard des études réalisées sur la survivance de la culture congolaise originale à Cuba et dans d’autres pays d’Amérique du Sud, on est en droit de parler de réappropriation de son identité.

En 1996 le Vénézuélien Jésus Garcia publie La diaspora de los Kongos en las Americas y el Caribe, et dans le n°2091 du journal La Semaine Africaine où Simao Souindoula présente ce livre, on peut lire ce qui suit: «Dans son approche des faits contemporains, Jésus Garcia illustre l’influence kongo par l’extraordinaire production musicale de Arsenio Rodriguez, artiste né de la confrérie africaine. L’une de ses compositions
les plus remarquables est Yo soy Congo. Il cite aussi le groupe cubain d’Eddie Palmieri avec la chanson Mi Congo te llama (dont la version originale est un guaguanco de l’orchestre Los Munequitos de Matanzas) l’ensemble Irakere dont l’un des succès El tata o kin diambo diambo …»

Réappropriation de son identité parce que la rumba, cette rumba fécondée par le Congo (ou l’Afrique) a été enfantée par Cuba, une grande partie de l’Amérique du Sud et des Amériques. Le peuple des Congos a toujours été un peuple qui chante et danse. Aussi loin que nous pouvons nous reporter, à cette époque de l’esclavage et de la déportation aux Amériques, ce peuple a chanté et dansé. Il a célébré par la musique vocale ou instrumentale toutes les péripéties de la vie : la naissance et la fécondité, le passage de l’enfance à l’âge adulte, les rites de la puberté, l’amour, la paix, la guerre, la mort, la joie, le chagrin, la douleur, le lien éternel entre les morts et les vivants. La musique et notamment notre rumba doit être au premier plan des matériaux sur lesquels doit s’appuyer notre identité culturelle.

La rumba n’est pas qu’invitation à la danse ; elle est aussi poésie par ses mots, des mots d’amour, de joie, d’exaltation de la patrie et de l’Afrique. La rumba, musique congolaise puis panafricaine a voyagé pour dire partout où elle est allée « I’m from Congo, I’m proud ». Fière d’avoir créé cette danse et cette musique de mon idiome local mukumba n’kumba. La rumba à travers son regard transversal a été adoptée dans tous les
pays elle a réussi à s’infiltrer dans tous les pays. Tous se sont reconnus dans Indépendance cha cha. Pour danser la rumba, il n’est pas nécessaire d’avoir un pied dans un pays.

Il y a de l’espoir dans l’évolution de la rumba, mais il faut des institutions fortes, des mécènes pour aider à la diffusion de la culture.

Georges Mavouba-Sokate
Rédigé le Vendredi 11 Avril 2014 à 07:58 | Lu 530 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 11 Avril 2014 - 16:19 HIGHLIGHTS

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter