Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’AFRIQUE QUI S’IGNORE

Comment comprendre que l’Afrique, berceau de l’humanité, n’ait pas bénéficié de la reconnaissance de cette même humanité ?Bien au contraire, elle a été le théâtre des pires maux, jusqu’à sa complète déshumanisation.


Passons l’exploitation cynique de ses matières premières, passons aussi la mauvaise pratique de ses propres fils. Comme le recommande Barack H. OBAMA, dans son discours d’Accra (GHANA), plongeons notre regard vers des objectifs de progrès. Certes essayer d’oublier est difficile, tant les douleurs ont laissé des marques et tant la posture de notre continent est complexe.
Subir a été le lot quotidien de l’africain. La philosophie européenne définit la civilisation comme étant la perpétuelle recherche de vertu. Ainsi quand le penseur philosophe et l’homme de Dieu affirment que le nègre est un être inferieur dépourvu d’âme, ajoutant que celui-ci ne connait pas la magnificence de la poésie, il y a interrogation…

Dans cette voie, jules Ferry, dans son discours à la chambre le 23 juillet 1885 clame ceci : « Il faut dire ouvertement qu’en effet, les hommes de races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inferieures… Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. »
Lauroy Beaulieu écrit : « un peuple qui colonise est un peuple qui jette les assises de sa grandeur dans l’avenir et sa suprématie future. » Quant à Ernest Renan, il affirme : « l’homme blanc a une missions civilisatrice… parmi les races inférieures. »
Il ajoute : « la classe des ouvriers, ce sont les chinois …celle des travailleurs de la terre, c’est le nègre, soyez bon pour lui et humain et tout sera dans l’ordre… »
Sa conclusion est bien sûr évidente : « Une race de maîtres et de soldats c’est la race européenne : Que chacun fasse ce pourquoi il est fait et tout ira bien »
Ainsi est scellé le sort du nègre, garder l’échine courbée à subir la condescendance paternaliste de l’européen ! Comment pouvait il en être autrement, quand le Larousse des années 1900 à 40 environ dit ceci à propos du noir africain : « Nègre : espèce entre le singe et l’homme » ?
Heureusement beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis. A force de lutte, de soutiens, de larme et de sang, le visage du monde a changé.

Du libéralisme, du marxisme à la religion, des failles se sont faites, des murs sont tombés.
Aujourd’hui ces monopoles financiers, idéologiques et religieux imposés au continent ont montré leurs lacunes et leur inaptitudes à gérer de façon efficiente toute la gente humaine.
D’autre part à cause du système unique occidental qui a fait des dégâts considérables sur la planète, une conscience universelle est en train de naitre, car le sort de l’humanité, toutes races comprises, est en péril. Pourtant quand le pygmée animiste lançait son cri d’alarme : « Ne touchez pas à son arbre ! » Le rire pâle de l’occidental, le renvoyait à son rang de vulgaire sauvage.
Le chasseur primitif qui ne tuait que pour se nourrir, a vu la cupidité de l’occident introduire la notion de chasse de prestige et commerciale. Des marchés de défense d’ivoire ont semé la razzia parmi la faune. Qu’à cela ne tienne, où se recrutent les nouveaux savants défenseurs de la nature ?
Qui sont ceux là qui organisent des grenelles, des symposiums pour alerter les hommes sur les dangers que court la terre ?Qui reçoit les prix Nobel et autres prix mirobolants ?
La réponse est évidente, les enfants gâtées du perfide occident, eux qui vivent dans les jungles de béton et d’acier !

A coup de corruption, en créant la nécessité de consommation effrénée, les multinationales ont réussi l’exploit d’inverser les valeurs et de transformer la réalité !
L’ironie de ce drame ne s’arrête pas là hélas !

Naguère les statuettes et les masques africains étaient qualifiés d’hideux et n’ayant aucune valeur culturelle et artistique. Pourtant, il y a peu, Paris a ouvert le musée des arts premiers au Quai Branly. Lequel de musée brandit ces mêmes œuvres !... La fin du nazisme hitlérien est survenue après la mort de milliers de personnes. Pour vaincre le racisme anti-juif, l’occident a dû déployer la force de destruction la plus impressionnante, alors que la chute de l’apartheid est le fait essentiel d’un homme, un ex prisonnier frêle : Nelson Mandela ! Un autre homme à l’aspect tout aussi frêle a vaincu le syndrome américain : Barack Obama !
Leur point commun est leur origine africaine, qu’ils revendiquent tous les deux sans équivoque !
-Alors, l’Afrique détient elle des solutions ?
-Si oui, pourquoi ?
Nous pouvons aussi nous demander pourquoi les peuples qui affirment avoir été en contact direct avec Dieu, au Proche et Moyen orient, sont incapables de sortir de leur crise récurrente.
Certes l’Afrique connait de multiples conflits sanglants, mais leurs origines sont loin d’être d’ordre idéologique ou religieux. Ils sont le fait de la misère et des convoitises des intéressés, par les ressources minières. Force est de donc de reconnaitre que les religions en Afrique ne créent pas des antagonismes aussi forts que là bas. La flexibilité des croyances animistes permet de s’adapter plus facilement à l’autre, car il contient en son sein des aptitudes propices au partage (de par son communisme naturel) tout en étant à la fois foncièrement laïc et écologiste.
Les besoins avides de l’occident et sa recherche d’un espace vital, le conduisent à diaboliser celui qu’il veut exploiter. Ainsi, il suffit de regarder la stratégie occidentale qui utilise l’information pour orienter l’opinion. L’Afrique, à travers ses médias est toujours montrée sous son pire angle et sous son aspect le plus négatif. Comme naguère, il était perçu comme un être sans âme !
Un chef d’état africain a dit : « N’attendez pas de celui qui vous a colonisé, qu’il ait une appréciation favorable de vous ».

A la prétention qui a fait dire à un chef d’Etat français que l’Afrique n’était pas assez entrée dans l’histoire, il faut rappeler que les romains auraient pu dire la même chose des gaulois !
En effet, il y aura toujours une histoire qui a été, une qui s’écrit et une autre qui va être ! C’est le principe de la dialectique. Si conserver des ruines de statues et de temples est une griffe de l’histoire, pourquoi, ne pas reconnaitre que conserver ce qu’il y a de plus important pour l’humanité, c'est-à-dire la nature intacte, est une œuvre incommensurablement plus utile.
A moins que la véritable option civilisationnelle de l’occident ne soit en fait que d’éradiquer le plus possible l’environnement.

La faiblesse de l’occident, c’est son orgueil, sa propension à vouloir justifier ses échecs par les fuites en avant, or l’apport du continent oublié et non écouté devient plus qu’urgente. C’est dire que face à cette décadence, l’Afrique néo-animiste doit faire entendre sa voix sans complexe.
Il faut se dire : « yes I can ! » Il faut cesser de s’inférioriser et de commencer à s’éduquer conséquemment Il faut cesser de quémander et se mettre au labeur pour organiser la famille.
Il faut bannir la corruption, le doute et le fatalisme. Un continent qui a influencée les trois quart de la musique mondiale, en rythmant la vie de milliard d’humains de l’orient à l’occident, a une part de vérité.
Mieux que toutes autres religions ou idéologie, c’est les seul leg qui n’apporte ni guerre, ni haine.
Les cœurs et les mains battent aux sons envoutants descendus tout droit des entrailles de l’animisme africain profond. Oui, il ya lieu de dire que le berceau de l’humanité contient ou détient sans doute la fibre essentielle pouvant à aider le monde à transcender.
Oui la terre n’est plus terre sans l’Afrique, tout comme sur un puzzle géant à qui il manquerait le vingtième de ses pièces !
« Yes, I can ! » mais à condition que l’Afrique cesse de s’ignorer !


Email : Colarex07@yahoo.fr

Jean Joseph Kounkou
Rédigé le Vendredi 4 Décembre 2009 à 09:09 | Lu 828 fois | 4 commentaire(s)





1.Posté par jean joseph kounkou le 13/01/2010 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
oui.il ya un debat.L Afrique se sous estime trop.Il est temps de prendre conscience que le boheur ne viedra que des seuls africains eux memes.Regardez Haiti dans le malheur et l Afrique ne fait rien une HONTE. OLE OLE

2.Posté par jean joseph kounkou le 13/01/2010 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
HA ITI SE MEURT cRT L AFRIQUE NE REAGIT PAS UNE HONTE...................

3.Posté par jean joseph kounkou le 13/01/2010 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L AFRIQUE NE REAGIT PAS ALORS QUE HAITI SE MEURT .UNE HONTE ............................Oui il faut un reveil.Meme tardif.

4.Posté par gevis le 13/01/2010 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D apres toi.DESIGNE le ou lescoupables.pas evident de se mettre debout dans ces conditions. Au lieu de voir le mal dramatique derriere chaque occidental tu ferais mieux deretaper ta minable case mon pote.L Afrique dort depuis des millenaire.C est pas toi qui va la reveiller....................

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Jeudi 26 Octobre 2017 - 17:35 Laolu Senbanjo

Mercredi 26 Février 2014 - 14:16 Art by Women

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube