Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Kimpa Vita

Résistante, Prophétesse, Restauratrice du royaume Kongo

C’est une jeune et rapportée belle femme de 20 ans qui, en 1704 se leva au milieu d’un royaume Kongo décadent, vassalisé par l’institution chrétienne, affaibli par les querelles intestines, démoli par la traite esclavagiste, proclamant un foi chrétienne nouvelle, émancipatrice, celle qui rebâtirait le grand Kongo sur une exigeante foi dans un Christ kongolais, culturellement et physiquement.


Kimpa Vita
Kimpa Vita
Malgré la résistance que le Kongo avait tenté d’opposer à la violence esclavagiste qui l’entraînait dès le 15ème siècle, la conversion de ses rois, les Mani-Kongo, ferait très vite du royaume rayonnant d’antan, une annexe portugaise menée par les missionnaires capucins, en désintégration presque totale, à peine bon à fournir du bois d’ébène -captifs- et des denrées exotiques à l’Europe.

La situation du royaume, ombre de sa splendeur passée est insupportable de chao, de guerre, de misère, et le Mani-Kongo en ce début de 18ème siècle, conseillé par son éminence grise le père Bernardo, abandonne sa capitale à la désolation populaire. Cet état, fédération de plusieurs peuples s’étendant sur une très vaste superficie [l’Angola, les deux Congo, jusqu’aux confins du Cameroun actuels], avait développé une architecture, un urbanisme, une économie monétaire, des pratiques sanitaires élevées, un système vestimentaire et une esthétique qui laissaient admiratifs les premiers européens à pénétrer le Kongo ; il se décomposait pourtant dans la désolation.

Arrive cette jeune femme, inspirée par Saint-Antoine de Padoue, le saint des Miracles, qui professe et prophétise un christianisme de libération culturelle et politique. Ses visions, son inspiration, son charisme et son magnétisme très vite captivent des adeptes en grand nombre. Ce capital populaire et sa foi dans sa mission la conduisent à fonder une église tout autant opposée aux fétiches africains qu’à l’aliénation chrétienne par des symboles européens. Elle récuse la pratique de la confession individuelle, la doctrine de l'Eucharistie et la récitation de prières en latin, et incorpore plusieurs pratiques traditionnelles au christianisme, avec le souci de redonner à la vie kongolaise bonheur et prospérité. La restauration de Mbanza-Kongo, la capitale en ruine du royaume était, dans les prêches de Kimpa Vita, la volonté directe de Dieu, et bien des saints chrétiens n’étaient autres que d’authentiques kongolais.

Le Mani-Kongo était invité à reprendre les rênes d’un pouvoir laissé aux mains dangereuses et impropres des étrangers européens.
C’est ainsi que naquit une des premières églises indépendantes d’Afrique et un courant messianique extrêmement puissant des syncrétismes religieux africains.

Force de résistance, figure féminine marquante, défiant les classes de genre et d’âges par sa jeunesse, Kimpa Vita accepta de mourir sur le bûcher avec son bébé plutôt que renier sa foi taxée hérétique par des missionnaires européens obligeant un roi faible, aliéné et sous influence.

Les témoignages de résistances culturelles à partir des institutions ou des cadres idéologiques apportés par les colonisateurs sont relativement peu nombreux, poussés à un tel niveau d’impact populaire, social, religieux et culturel. Une femme a pourtant réalisé, par une détermination, un courage, un idéal des plus élevés, une œuvre-chantier unique de quête de libération culturelle, politique, religieuse, répondant jusqu’au sacrifice de sa vie à l’impérialisme totalitaire, c'est-à-dire à une certaine conception de l’autre.

Kimpa Vita fut brûlée vive le 02 juillet 1706, mais le cierge de sa mémoire demeurera longtemps encore incandescent au cœur et dans les esprits de ceux qui restent tendus vers cet idéal de reconstruction et d’émancipation des peuples [vaincus], ceux qui prennent carte pour le parti sans discrimination de la vie.


Akam Akamayong / Afrikara.com
Rédigé le Mardi 9 Novembre 2004 à 00:00 | Lu 6601 commentaire(s)


Tags : congo, Kimpa Vita




1.Posté par MIV(Ange noir) le 28/06/2006 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour toute l'information sur kimpa vita.c'était une grande femme,il y en aura d'autres car la lutte continue.

2.Posté par Shungu M. Tundanonga-Dikunda le 02/08/2006 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ni excommuniée ni canonisée, il faut que le vatican prenne position. Mais, avant tout, ce sont les catholiques noirEs, l'Eglise catholique africaine qui doivent prendre officiellement position dans cette question. Il faut noter que l'actuelle direction de l'Eglise catholique congolaise avec le cardinal Etsou et Mgr. Mosengwo est une de plus néocoloniale de pays en développement: on ne peut rein attendre d'Elle.
Tundanonga

3.Posté par Nyangu Y Banda le 27/04/2007 21:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Kimpa Vita est le salut de notre peuple, comme promis, son esprit reviendra, car lui n'a pas pu etre brule.

Nyangu Banda

4.Posté par Cota Chaperon le 20/07/2007 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour moi je peux dire quel ete une femme heroine pour sauver notre valeur du race noir

5.Posté par Ankhobia le 16/11/2007 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Visit our website and listen to radio shows no's: 14 & 15. On show 14 you can learn about the life of Prophetess Kimpa Vita and other African Heroines. We must tell our own story.


Enjoy
Here is a quicker link: http://www.threecontinents.co.uk/radioshows.html#

6.Posté par makuata le 21/06/2008 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quelle femme je suis restée vraiment assoifer de connaitre l'histoire de ce peuple

7.Posté par oscar le 09/08/2008 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci beaucoup pour vos analyses,reflections et informations sur cette grande Dame qu'a été Kimpa Vita. ceci prouve encore une fois de plus comment les soit disant pretres blancs étaient venus en afrique pour nous tuer tous.je trouve vraiment dommage que le gouvernement congolais ne menage auv=cun effort efin d'immortaliser cette mere courage. le vaticant, corrompu qu'il est parvint a canoniser mere Theresa alors que celle-ci n'a vraiment pas assez fait des preuves de resistance devant la mort.
bravo kimpa Vita, nous autres tes freres ne t'oublierond jamais comme le congo a si vite et pour longttemps les personnes comme soeur anuarite, bakanza etc...

oscar

8.Posté par Kano le 02/04/2009 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La Prohétesse Kimpa Vita elle etait une Ange pour nous les Africains mais elle est tou le jour
entre nous est les Portugais ils le savent bien.

9.Posté par Lukadi Uwandji le 13/05/2009 01:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La lutte continue et la victoire est certaine...je suis l'un de nombreux resistants aujourd'hui comme Kimpa vita hier.L'heure a sonne ou le peuple noir doit non seulement se liberer mais aussi se debarasser de toutes choses (culturelles,religieuses,politiques...) nous imposer par l'occupant.

Que le Dieu mungu,de nos ancetres nous soutienne...


À lire aussi :
< >

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter