Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Katia Mounthault

Le cri du fleuve

Katia Mounthault de mère guadeloupéenne et de père congolais, Katia grandit et étudie entre le Congo, la France et les États Unis. Elle a fait des études supérieures en sciences politiques et relations internationales. Katia vit au Congo, où elle travaille comme directrice des relations publiques et institutionnelles pour Chevron Overseas Congo.


Katia Mounthault
Katia Mounthault
Dès son plus jeune âge, Katia commence à écrire des poèmes pour sa mère, des chansons pour ses amis ou des discours politiques pour son père. Comme elle l’affirme, l’écriture l’aide à rester équilibrée. Passionnée d’histoire et pour tout ce qui attrait à la littérature engagée, son premier roman « Le Cri du Fleuve » qui a été publié en 2010 aux éditions l’Harmattan, naît d’une période agitée de sa vie.
De la littérature africaine, Katia remarque le vocable "violent" qui reflète le contexte dans lequel évoluent les écrivains Africains. Elle trouve de grandes similitudes entre la littérature africaine et antillaise, haïtienne ou encore sud-américaine. Toni Morrison et Elise Walker ces deux grandes écrivaines Américaines font parties de sa bibliothèque on y trouve aussi les sud-américains Gabriel Garcia Marquez et Isabel Allende.

Un de ses projets, c' est la préparation d’un livre pour les enfants.

« Le Cri du Fleuve », publié en 2010 aux éditions « l’Harmattan » est un roman qui relate le voyage d’une journaliste de CNN qui vient faire un reportage au Congo Brazzaville après la guerre. Cette journaliste, d'origine congolaise retrouve son pays 23 ans après l'avoir quitté. Elle retrouve un pays dévasté qu’elle ne reconnaît plus.

" Il y avait une petite corniche au bout de laquelle se dressait un embarcadère clandestin. A la tombée de la nuit, le quartier chuchotait que des femmes et des hommes, les bras ligotés dans le dos, étaient emmenés au large. Les barques allégées revenaient dans l'obscurité, tandis que des voix tremblotantes s'élevaient au loin, épelant le non de ceux qui manquaient à l'appel. A l'aide de lampes à pétrole, les habitants sillonnaient les ruelles jusqu'aux premières lueurs matinales, à la recherche de leurs disparus."


Katia Mounthault
katia_1_2.mp3 Katia_1-2.mp3  (13.74 Mo)

Katia Mounthault


Le cri du fleuve




ISBN : 978-2-296-12030-3
L'Harmattan
www.editions-harmattan.fr

Rédigé le Jeudi 28 Février 2013 à 11:07 | Lu 1369 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter